Un autre 1er juillet marqué par la crise du logement – ​​.

À partir du 1est En juillet, alors que de nombreux Montréalais déménagent, pas moins de 147 ménages sont activement accompagnés par l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM) pour se trouver un logement. À ce nombre s’ajoutent déjà 38 personnes hébergées en hébergement d’urgence par l’OMHM.


Publié à 12h00

Mise à jour à 16h08



Ce 1est Le mois de juillet n’a pas fait exception. Alors que certains déballaient leurs cartons, plusieurs centaines de ménages se sont retrouvés une fois de plus dans le besoin.

Selon les plus récentes données de la Société d’Habitation du Québec (SHQ), on comptait lundi matin 1296 ménages locataires au Québec qui étaient activement soutenus par un service d’aide à la recherche de logement.

À l’échelle de la province, 384 ménages sont actuellement sans logement et se trouvent en situation d’hébergement temporaire, que ce soit chez des proches, en camping ou autrement, et 125 ménages sont hébergés par la SHQ dans un hôtel.

« Maman, je ne veux pas être sans abri »

Parmi les personnes hébergées d’urgence par l’OMHM, on retrouve Jenny Akerley. Cette mère monoparentale de 45 ans, qui n’a pas une bonne cote de crédit et qui reçoit actuellement des prestations d’aide sociale, n’a pas réussi à trouver un toit pour les 1est Juillet.

Elle est désormais hébergée par l’OMHM dans un logement étudiant avec son fils de sept ans.

La petite famille a quitté le Nouveau-Brunswick le 22 décembre pour revenir vivre à Montréal. Mais depuis ce jour, bien qu’ils aient approché une quarantaine de propriétaires, aucun d’entre eux n’a accepté de leur louer un logement.

C’est toujours pareil, ils veulent quelqu’un de seul et de tranquille. Dès que tu dis que tu as un enfant, ils n’en veulent pas, et quand tu es au bénéfice de l’aide sociale, ils te demandent quel est ton métier, et si tu as un mauvais crédit, ça ne t’aide pas non plus.

Jenny Akerley, mère célibataire

Elle était hébergée temporairement chez une amie depuis janvier, mais les tensions ont mis fin à la cohabitation.

Cette mère célibataire doit également faire face aux besoins spécifiques de son fils, autiste. Leur arrivée la veille dans leur logement provisoire a été très éprouvante pour elle.

« Il était très stressé parce qu’il me voyait stressée », explique Jenny. « J’ai trouvé cela difficile parce que je devais me gérer moi-même et gérer un enfant qui faisait des crises de colère. »

Jenny dit se sentir rassurée et reconnaissante de se voir offrir un hébergement d’urgence, mais elle se souvient avec difficulté de la première fois où elle a franchi les portes de l’OMHM pour demander de l’aide.

« Mon premier rendez-vous, le 21 juillet, m’a fait sentir comme une victime, comme si c’était de ma faute, a-t-elle déclaré. Ils me demandaient pourquoi j’étais revenue au Québec et pourquoi je ne retournerais pas au Nouveau-Brunswick. »

Ils m’ont vraiment fait sentir que je n’étais pas une bonne mère, comme si c’était de ma faute si mon enfant était sans abri.

Jenny Akerley, mère célibataire

Elle dit qu’il était difficile de cacher ses larmes à son fils sur le chemin du retour.

« J’ai pleuré devant tout le monde, ça m’a vraiment brisée », a-t-elle déclaré. « Mon fils a pleuré dans le métro et a dit : “Maman, je ne veux pas être sans-abri.” »

Après avoir prouvé les recherches de logement qu’elle avait effectuées, un logement temporaire lui a finalement été proposé.

« Quand je suis arrivée à la maison, je leur ai envoyé tous les documents et ils m’ont appelé le lundi suivant pour me fixer un rendez-vous le mercredi », raconte Jenny Akerley. « J’espère que quelqu’un nous ouvrira la porte et nous donnera une chance. »

Une crise du logement présente partout et à l’année au Québec

La porte-parole du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), Véronique Laflamme, constate une crise qui prend racine au Québec et qui touche autant les grandes villes que les petites municipalités.

Dans plusieurs régions du Québec où le logement était auparavant considéré comme abordable, les loyers ont augmenté très rapidement. La pénurie de logements locatifs n’a jamais été aussi répandue au Québec, et dans toutes les municipalités, le taux d’inoccupation est inférieur au seuil d’équilibre du marché de 3 %.

Véronique Laflamme, spokesperson for FRAPRU

Elle prend l’exemple de Trois-Rivières, où 39 ménages ont dû être logés en urgence le 1est Juillet.

PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

Dans toute la province, 384 ménages sont actuellement sans abri et hébergés temporairement.

« Le portrait est très sombre pour les locataires au Québec et il y a des villes comme Montréal où ils sont majoritaires dans la population, ajoute Véronique Laflamme. Cette crise a un effet sur le tissu social de communautés et de quartiers autrefois populaires. »

Elle dénonce la situation de nombreux habitants de quartiers habituellement plus populaires qui sont « chassés de leur quartier ».

Demandes d’aide en augmentation

Les données de la Société d’Habitation du Québec démontrent que le nombre de demandes reçues de citoyens dans le besoin est passé de 5200 en 2023 à 9200 cette année. À ce jour, 71 % d’entre elles auraient été traitées par les services de la SHQ.

« On reconnaît qu’il y a des besoins, mais l’aide est mieux organisée pour y parvenir, explique le directeur des communications et des relations externes de la SHQ, Sébastien Olivier. Le travail en amont porte ses fruits. »

Pour le porte-parole de Québec solidaire en matière de logement et d’hébergement, Andrés Fontecilla, ces chiffres ne sont que « la pointe de l’iceberg ».

« Je suis convaincu que les chiffres rapportés […] « Les chiffres sont en dessous de la réalité », a-t-il dit. « De nombreuses personnes n’ont pas contacté les services d’urgence parce qu’elles sont allées chez des amis ou de la famille. »

Une situation « stressante »

Le cabinet de la ministre chargée du Logement, France-Élaine Duranceau, a réagi au portrait peint le 1est Juillet et assure que « aucun effort n’est épargné » pour apporter une assistance aux citoyens qui en font la demande.

« Nous comprenons que la situation est difficile et stressante pour les ménages vulnérables qui ont de la difficulté à se loger, a déclaré l’attachée de presse du ministre Duranceau, Justine Vézina. Tout le monde est mobilisé depuis plusieurs mois pour que cette période se déroule le mieux possible. »

De son côté, le cabinet de la mairesse de Montréal Valérie Plante se dit prêt à soutenir toute personne dans le besoin et l’invite à composer le 311.

« La période du déménagement est une période stressante pour de nombreux Montréalais, qui ont de plus en plus de mal à trouver des options de logement qui répondent à leurs besoins et à leur budget, précise la mairie. Nous sommes là pour vous. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV EN IMAGES. Le SM Caen dévoile ses maillots pour la saison 2024-2025 – .
NEXT « Je voulais parler d’amour » – .