un plan anti-Granit Xhaka pour la Mannschaft ? – .

un plan anti-Granit Xhaka pour la Mannschaft ? – .
un plan anti-Granit Xhaka pour la Mannschaft ? – .

Le milieu de terrain suisse Granit Xhaka mercredi contre l’Écosse.image : Clé de voûte

Granit Xhaka a dévoilé deux faces dans cet Euro. L’Allemagne a tout intérêt à le contenir si elle veut assurer la première place du groupe A.

Toute l’Allemagne connaît le potentiel de Granit Xhaka. Vainqueur de la Bundesliga et de la Coupe nationale avec le Bayer Leverkusen, le Suisse a mené son équipe au succès tout au long de la saison et a marqué les esprits dans les stades allemands.

La Mannschaft, retrouvée et déjà qualifiée pour les huitièmes de finale de l’Euro, apparaît confiante avant sa « finale » contre la Nati dimanche à 21 heures. Certains diront que c’est même trop. Julian Nagelsmann est plus inquiet de l’état du terrain que son adversaire. Botteur rapporte qu’il a fallu plus de 20 minutes lors d’une conférence de presse vendredi à Herzogenaurach pour discuter du match contre la Suisse. Si la composition allemande ne changera pas, parce qu’elle convient ainsi et que les cartes ne seront pas remises à zéro avant les quarts de finale, on semble déjà avoir un peu la tête dans le futur.

Granit Xhaka est néanmoins préoccupant. L’Allemagne sait qu’il est « notre penseur et notre leader », comme l’a si bien dit Silvan Widmer dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung. Un apport d’autant plus visible depuis le début de cet Euro, car Xhaka est passé du bon au moins bon.

Le recordman des sélections a d’abord brillé dès l’ouverture contre la Hongrie. Il n’a certes ni marqué ni signé de passe décisive, mais il a travaillé dur au milieu de terrain. Une performance qui lui vaut le titre d’homme du match et grâce à laquelle la Nati a réalisé une copie quasi parfaite en première mi-temps. Au contraire, lorsque Granit Xhaka s’est évanoui mercredi face à l’Ecosse, l’équipe de Suisse s’est enfoncée dans le jeu et a concédé le nul partout face à la 39e nation mondiale.

Les Suisses étaient libres de tout mouvement contre les Hongrois. Les Écossais n’étaient pas si généreux. Il serait fort de dire que Steve Clarke avait un plan anti-Xhaka. Scott McTominay avait néanmoins un rôle précis à jouer : il a marqué de son empreinte le milieu de terrain de Leverkusen tout au long du match.

Résultat, Granit Xhaka n’a joué que 66 ballons au lieu de 98 contre la Hongrie. Il était beaucoup moins présent dans le domaine décisionnel. Aucun passe-clé à son actif. Il s’est alors énervé et a raté des actions. Xhaka a perdu un total de neuf ballons dans sa moitié de terrain.

Granit Xhaka (en blanc), combattant aux côtés de l’Écossais Scott McTominay.image : Clé de voûte

Bien entendu, tout cela n’a pas échappé à l’entraîneur Nagelsmann. Il peut s’en inspirer pour contrecarrer les plans offensifs de la Nati, même si la possession sera logiquement à l’avantage de la Nationalmannschaft, et l’Allemagne n’a pas vraiment à modifier son plan tactique pour stopper les attaques de la Suisse. Cette équipe est en effet suffisamment en place depuis le retour de Toni Kroos. Le désormais ex-joueur du Real Madrid a solidifié les « Doppelsechs », un système de deux « 6 » qu’il compose avec Robert Andrich. Mais Andrich, en effet, connaît parfaitement le leader de la Nati. Il travaille à ses côtés à Leverkusen toute l’année et peut jouer un rôle similaire à celui de Scott McTominay.

Compte tenu de la propension de Granit, il est vrai que le capitaine de la Mannschaft occupe désormais un rôle plus offensif et compose une redoutable ligne d’attaque en compagnie des virevoltants Florian Wirtz et Jamal Musiala, sous un faux neuf en la personne de Kai Havertz. Mais il participe généralement aux premiers mouvements défensifs de son équipe. Gündogan est un touche-à-tout. Toujours concentré, il est du genre à ne pas tacler et à rester debout. Il a pu tenir Granit Xhaka près de lui dès la première passe. Il se déplacerait alors entre les lignes – comme il le fait déjà en attaque – sans risquer de désorganiser les « Doppelsechs ».

On ne sait pas si l’entraîneur allemand optera pour le carton de marquage individuel dimanche à 21 heures, compte tenu de la qualité de son onze et de toutes les options dont il dispose. Cela pourrait néanmoins être une initiative intéressante, d’autant que Murat Yakin n’a pas pu contrer ce choix tactique lors du match de mercredi contre l’Ecosse. Qu’il suive ou non ce modèle, la situation reste la même pour Nagelsmann. S’il ne veut pas céder la première place du groupe à la Nati en fin de match, son équipe doit empêcher Granit Xhaka de s’exprimer comme il l’a fait contre la Hongrie.

On lit et entend partout en Suisse que l’international Fabian Schär a marqué contre son équipe mercredi contre l’Ecosse. Cependant, l’UEFA a accordé le but à Scott McTominay après être revenue sur sa décision. Focus sur ce point de régulation.

Les journaux qui ont suivi la rencontre Ecosse-Suisse de mercredi ont tous fait état d’un but automatique de Fabian Schär. Il en était de même le lendemain du match, lorsqu’à l’annonce de la blessure au nez du joueur, tout le monde rappelait qu’il était l’auteur malheureux du premier but du match.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Métropole de Lyon condamnée pour non-respect du droit du travail – .
NEXT France – Serbie : MVP dicte sa loi