Des parents d’élèves appellent à une opération « école morte » à Montchapet le 26 juin

Des parents d’élèves appellent à une opération « école morte » à Montchapet le 26 juin
Des parents d’élèves appellent à une opération « école morte » à Montchapet le 26 juin

Un collectif proteste contre la fermeture d’une classe de sixième, la réforme du choc des savoirs ainsi que « la baisse générale des ressources ».

Communiqué des parents d’élèves du collège Montchapet du 21 juin 2024 :

Rejoignant le mouvement de grogne et les opérations collégiales mortes des collèges de Côte-d’Or contre la réforme du choc des savoirs, les fermetures de classes et la baisse générale des moyens, nous, représentants des parents d’élèves du collège Montchapet de Dijon, appelons à notre tour à une opération collège mort le mercredi 26 juin au collège Montchapet de Dijon + manifestation à 9h50 et invitons les parents d’élèves à ne pas envoyer leurs enfants en classe ce mercredi 26 juin pour protester contre cette injustice et délétère couplé à la fermeture d’une classe de 6ème (information qui vient de sortir aujourd’hui).

Nous dénonçons non seulement une réforme qui provoquerait un malaise chez les élèves, notamment par la mise en place de groupes de niveaux pour classer les élèves de 6e et 5e, mais aussi la baisse des moyens et une nouvelle fermeture de classes, encore une occasion manquée de réduire les effectifs en 6e. , un niveau qui l’exige particulièrement.

Les groupes de niveaux du choc des connaissances ainsi que les classes à grands effectifs vont à l’encontre de toutes les études sérieuses qui démontrent que c’est l’hétérogénéité d’une classe entière, mais à effectifs réduits, qui permet la progression de tous les élèves. Ces mêmes études montrent que ces mesures contribuent à creuser les écarts entre les élèves et à augmenter le risque de décrochage scolaire.

Quelle émulation, quelle entraide, quelle cohésion, quelle solidarité entre élèves d’une même classe avec des groupes entre « bons » et « mauvais » élèves ? Les élèves de 6ème, à peine arrivés et acculturés à leur nouvel établissement, leur nouvelle classe et leurs nouveaux camarades, seront répartis en sous-groupes…

Au Collège Montchapet, une allocation supplémentaire de seulement 13 heures, en raison de la fermeture providentielle annoncée d’une classe de 6ème, sera allouée pour l’application de ces groupes de niveaux, d’où une mise en place d’autant plus compliquée et délétère ! Les équipes pédagogiques devront donc organiser et pratiquer des groupes, avec leurs (grands) effectifs de classes entières, en ajustant l’effectif du groupe d’élèves jugés « faibles » et en gonflant les effectifs des autres groupes. Les arguments pour ce manque de moyens supplémentaires sont les mêmes que ceux pris en compte pour la réduction des moyens de l’année dernière : un IPS élevé (secteur jugé trop favorisé, parents trop aisés) et de très bons résultats d’évaluation (nos enfants sont trop forts) .

L’ironie de l’histoire c’est que c’est la fermeture d’une classe de 6ème qui “permet” d’allouer 13 heures pour le choc des savoirs et les groupes de niveaux, le Rectorat supprimant “seulement” 12 heures et non 25 heures DHG à cause de cela. fermeture de classe. Sans cette fermeture, le choc des savoirs devrait se faire avec des moyens constants…

Pourquoi supprimer une classe et allouer des ressources à ces groupes « à besoins » au lieu d’en réduire les effectifs et d’éviter de fermer les classes les unes après les autres, année après année, en gonflant les effectifs et en accentuant les difficultés des élèves les plus vulnérables ? …qui se retrouvent stigmatisés par cette réforme ! Pour aider les plus vulnérables, mieux vaut avoir des classes réduites ! En 6e, l’année prochaine, il y aura 26 élèves en moyenne, ce qui est beaucoup trop à ce niveau notamment.

La réforme du choc des savoirs, renforcée par une augmentation des effectifs en 6e du fait de la fermeture des classes, marquera une rupture dans le principe d’égalité des élèves à l’école, elle dégradera le suivi des élèves, les emplois des temps, mais aussi la structure, l’unité et la cohésion de la classe, elle entraînera une stigmatisation et un triage social des élèves, une perte de confiance et un découragement des plus fragiles, elle détournera des ressources d’autres systèmes (double emploi, options, langues vivantes, travaux de groupe en sciences, projets pédagogiques, etc.) et réduction des effectifs. Il mettra également une barrière à l’entrée au lycée en conditionnant l’accès en 2e année à l’obtention du DNB.

Partout, la colère gronde dans les collèges face au choc du savoir et aux fermetures de classes : mercredi 29 mai, 97% des élèves étaient absents au collège des Lentillères, 92% à Brazey en plaine, 99,5% dans deux collèges du Doubs, et ce mercredi , 19 juin, 95 % des étudiants absents à Brochon et plus de 80 % à Carnot… Plus ces initiatives sont nombreuses et suivies, plus nous pouvons peser sur les décisions.

C’est donc au tour du collège Montchapet de Dijon de se mobiliser massivement contre cette réforme contre-productive couplée à la fermeture d’une classe de 6ème, contre le manque de moyens dans les collèges ! Tous les parents, enseignants et presse sont invités à nous rejoindre devant le portail du collège le 26 juin à 9h50 pour un temps de manifestation !

Les syndicats d’enseignants lancent des actions contre le « choc des savoirs »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Alexis Sanchez volé à l’OM, ​​un club de Ligue 1 osé – .
NEXT Cocorico, 8,1 millions de billets vendus, un record de ventes pour les Jeux – .