au Vivat, une soirée de présentation de saison à l’accent politique

au Vivat, une soirée de présentation de saison à l’accent politique
au Vivat, une soirée de présentation de saison à l’accent politique

Mardi soir, dans un Vivat bien garni, on a parlé culture… mais on a aussi parlé politique. ” La saison prochaine, nous proposerons vingt-cinq spectacles. C’est moins que la saison précédente, déjà en baisse par rapport à la précédente.soupire Stéphane Frimat, directeur du Vivat. Cette lente érosion est le signe des grandes difficultés que connaît le secteur public des arts et de la culture, et plus généralement l’ensemble du secteur public, lentement étranglé par la hausse spéculative du coût de la vie et la réduction des ressources allouées. »

Lors de la présentation de la saison, Stéphane Frimat n’a pas caché ses craintes.

« Un lieu de résistance »

Et évidemment, nous sommes encore plus inquiets en raison du contexte actuel. Stéphane Frimat n’a pas hésité à enfoncer le clou. En référence à ” menaces du RN sur le service public et la culture », rappelant que lors d’une précédente visite en terre Armentieroise, « Marine Le Pen propose de fermer Vivat » et que sa nièce envisageait « supprimer le statut intermittent », le patron de la salle culturelle d’Armentier a promis que Vivat resterait quoi qu’il arrive, « un lieu de résistance, avec un projet engagé ».

Et c’est dans la programmation que cet engagement trouve son meilleur écho avec « des émissions qui offrent un point de vue sur notre société et qui peuvent constituer des pistes de réflexion « . Parmi les 25 spectacles, nous en avons donc choisi quelques-uns qui reflètent cette philosophie.



sélection (subjective) de spectacles engagés

Le 22 novembre, le collectif #Metoothéâtre présentera Les Histrioniquestout à fait dans l’air du temps puisqu’il s’agit pour les cinq artistes de soutenir les victimes de violences sexuelles et sexistes dans le monde du théâtre.

Avec Crampons (5 décembre), là encore, Vivat aborde une thématique d’actualité. A travers l’histoire de Justin Fashanu, footballeur noir qui a eu le courage de faire son coming-out, l’homophobie est abordée et dénoncée par la compagnie de théâtre Diptyque, qui a répété cette pièce en mars à l’EPSM d’Armentières.

Politique, la saison du Vivat sera aussi sur scène. Avec notamment La vie et la mort de Jacques Chirac, roi des Françaiss, 28 janvier. Premier volet d’une série intitulée Huit rois (nos présidents) imaginé par la compagnie Animaux en paradis, le spectacle se concentre sur les dessous de la politique française.

La politique internationale ne sera pas en reste avec, le 4 février, la compagnie Théâtre Majäz qui parlera du Liban, de la Palestine et de la France.

Nos corps empoisonnés, le 4 mars, par la compagnie Lumière d’August, racontera l’histoire d’un résistant vietnamien. La petite histoire pour parler de la grande…

Pour connaître toute la programmation, rendez-vous sur levivat.net

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Trump : le diable devenu super-héros – Sens public
NEXT C’est une chanson qui nous ressemble. « Plaisir d’amour », le disque romance – .