entre élections législatives et visite princière, la journée du 7 juillet 2024 sera chargée à Esquay-Notre-Dame

entre élections législatives et visite princière, la journée du 7 juillet 2024 sera chargée à Esquay-Notre-Dame
entre élections législatives et visite princière, la journée du 7 juillet 2024 sera chargée à Esquay-Notre-Dame

Le 7 juillet 2024, comme chaque année, Esquay-Notre-Dame (Calvados), village au sud-ouest de Caen d’environ 1 500 habitants, commémorera la bataille de la cote 112, colline stratégique reprise par les Britanniques aux Allemands au prix de une lutte acharnée à l’été 1944. « Une bataille de 40 jours, qu’on surnommait le petit Verdun », raconte le maire d’Esquay, Alain Gobé. « Tous les cinq ans, Prince Edward vient, car c’est son régiment qui était mobilisé à l’époque. » Mais si, cette année, la présence du fils cadet d’Elizabeth II était prévue pour la cérémonie des 80 ans, un événement imprévu s’est ajouté : le second tour des élections législatives anticipées, annoncé par le président de la République le 9 juin dernier.

Bien évidemment, aucun des deux événements ne peut être décalé. Et pas question pour Esquay-Notre-Dame de lésiner sur un hommage très important, insiste l’édile : « La commune a été détruite à 80 %. De nombreux civils sont morts, en plus d’énormes pertes militaires (10 000 soldats de chaque côté). Ce 80ème anniversaire est pour nous un moment exceptionnel. » Avec ce moment mémorable, et l’arrivée du Prince Edward, « il y a des exigences de sécurité majeures. Il vient avec ses gardes du corps, le véhicule blindé. Gendarmerie et préfecture sont très mobilisées. » Plusieurs centaines de personnes sont attendues sur les hauteurs de la plaine de Caen.

Cette organisation est un premier défi pour le village et ses environs, puisqu’une quinzaine d’autres maires sont invités. Les élus sont soudainement consumés par les élections. « On s’est dit qu’on allait avoir un problème. C’est un casse-tête pour la sécurité et la mobilisation des élus », explique Alain Gobé. « La cérémonie est assez longue. Il y a aussi le moment de convivialité après. Quand on reçoit une personnalité comme ça et un vétéran, il faut être là. » La logistique doit donc être optimisée : « De 8h30 à 10h30, nous serons au bureau de vote. Ensuite, nous monterons sur la cote 112. » Le premier magistrat d’Esquay « mobilise ses troupes ». Députés, agents et même habitants répondront.

Le rebondissement politique bouleverse l’agenda municipal, avec des impacts directs et parfois graves pour les plus petites communautés. Alain Gobé n’est pas fâché : « Je ne suis pas en colère. On s’arrache les cheveux, c’est tout, dit-il en riant. Le maire se dit « aidé par les services de l’État » et prédit que le prince ne sera pas surpris par cette « situation sans précédent » : « L’actualité dépasse nos frontières. Il doit savoir. Les personnes qui organisent le voyage du prince viendront à la fin du mois. »

En route vers son bureau de vote ainsi que vers la cote 112, Alain Gobé espère une forte mobilisation lors des urnes et la meilleure cérémonie possible pour honorer les victimes de certains des combats les plus sanglants de la bataille de Normandie.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 9 recrues à l’ASSE, les Verts vont bousculer la Ligue 1 – .
NEXT La déclaration d’amour de Di Maria à Paris – .