première mobilisation XXL contre le projet d’entrepôt géant Green Dock

première mobilisation XXL contre le projet d’entrepôt géant Green Dock
première mobilisation XXL contre le projet d’entrepôt géant Green Dock

Le nom même du projet est pour ses détracteurs le symbole absolu du « greenwashing », à savoir le fait de faire passer pour vertueuse et écologique une action qui ne l’est pas. Le projet en question est Green Dock, cet entrepôt géant de 90 000 m2 dont la construction est prévue sur la route numéro 6 du port de Gennevilliers. Un mastodonte de 600 mètres de long et 25 mètres de haut que ses détracteurs comparent à deux Stades de France placés côte à côte sur les bords de Seine et surplombant L’Île-Saint-Denis et Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) .

Un projet, qui doit encore être soumis à une enquête publique et qui mobilise désormais bien au-delà des départements franciliens concernés. Ce samedi, une grande manifestation, qui a rassemblé un millier de personnes, a quitté la mairie de Gennevilliers pour rejoindre L’Île-Saint-Denis. “On passe d’une mairie qui soutient le projet à une mairie qui n’en veut pas”, ont résumé les groupes présents.

Dans le cortège, des élus de Seine-Saint-Denis et du Val-d’Oise, mais aucun des Hauts-de-Seine donc, ainsi que des associations de riverains et des collectifs nationaux de défense de l’environnement, à commencer par Soulèvements de la Terre (SLT) et Révolution écologique pour le vivant (REV).

« Green Dock n’est que le monde du grand mouvement capitaliste qui renforce le trafic routier »

« Les colis sont pour Paris, les troubles sont pour la Seine-Saint-Denis », déplore Léna Lazare, porte-parole des Insurrections, qui y ont organisé leur première action en milieu urbain. “Ce projet est un mensonge car Green Dock, c’est 1 200 camions par jour, c’est le symbole d’une industrie meurtrière et c’est l’air des habitants de Seine-Saint-Denis qui sera encore plus pollué”, martèle-t-elle. “Lorsque nous construisons une bombe, nous ne nous soucions pas de savoir si elle est fabriquée à partir de matériaux recyclés”, explique Azelma Sigaux, porte-parole de REV.

Éric Coquerel, député (LFI) d’Épinay et de L’Île-Saint-Denis, a interpellé le maire (PCF) de Gennevilliers pour lui demander de refuser le permis de construire du port Haropa qui porte le projet. LP/Philippe Labrosse

De son côté, Éric Coquerel, député LFI d’Épinay et de L’Île-Saint-Denis, a interpellé le maire (PCF) de Gennevilliers pour lui demander de refuser le permis de construire du port Haropa qui porte le projet. “Ce projet n’a aucun intérêt car il ne favorise pas le transport fluvial puisqu’aucune barge n’aura accès directement aux entrepôts”, assure le parlementaire. Green Dock n’est que le monde du grand mouvement capitaliste qui renforce le trafic routier. »

« Éric Coquerel est censé connaître la loi », répond Patrice Leclerc, qui n’a pas participé aux prises de parole devant la mairie. Ironiquement, la ville de Gennevilliers a organisé ce samedi « le Printemps de l’écologie » au Parc des Sévines. « Un permis de construire ne peut être refusé s’il ne respecte pas les règles », ajoute l’édile. C’est l’objet de l’instruction actuelle. Si je refuse sans cette instruction et sans motif valable, un recours annulera mon annulation et entraînera le paiement de dommages et intérêts par la ville. »

Une personne blessée dans les heurts

Si les associations nationales de défense de l’environnement ont largement mobilisé leurs troupes pour cette manifestation, dont certaines ont découvert le projet grâce aux tracts distribués sur place, les habitants directement concernés étaient également présents. Comme Antoine Gaudin, président de l’association Protection Berges de Seine, l’un des premiers à alerter sur les conséquences d’un tel projet, notamment dans la zone Natura 2000 à la pointe de l’île Saint-Denis où nichent cormorans et martins-pêcheurs.

Les associations nationales de défense de l’environnement ont largement mobilisé leurs troupes pour cette manifestation. LP/Philippe Labrosse

« Cette mobilisation est un tournant car nous avons mené cette action pendant trois ans, avec relativement peu d’espoir compte tenu de l’ampleur de ce projet à 150 millions d’euros », rappelle Antoine Gaudin. Aujourd’hui, on a le sentiment que Green Dock est considéré comme un enjeu public national et non plus seulement local. Elle pose la question de savoir quel modèle de développement souhaitons-nous dans un contexte de crise climatique. »

Si le début de la manifestation s’est déroulé dans une ambiance bon enfant, la situation a brutalement dégénéré au parc des Chanteraines, boulevard Charles-de-Gaulle, après qu’un petit groupe de manifestants se soit détaché du cortège pour traverser le parc départemental et essayez de vous diriger non plus vers L’Île-Saint-Denis mais vers le port de Gennevilliers.

Avec 58 arrestations musclées et autant de gardes à vue à la clé. Ainsi qu’un membre de l’équipe « Medic » (responsable des secours lors des manifestations) blessé et transporté à l’hôpital, selon les organisateurs. Aucun dégât n’a été constaté.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « le drame aurait pu être évité »
NEXT la gauche a investi ses candidats