Tombes de soldats britanniques ciblées dans plusieurs cimetières du Finistère

Tombes de soldats britanniques ciblées dans plusieurs cimetières du Finistère
Tombes de soldats britanniques ciblées dans plusieurs cimetières du Finistère

Pourquoi les tombes de soldats britanniques sont-elles ciblées dans le Finistère ? « C’est une question à laquelle j’aimerais beaucoup connaître la réponse. » commente François Fouré délégué général de l’association mémorielle Le Souvenir français. Qui a bien pu faire ça ? D’où vient un tel manque de respect ? C’est incompréhensible. »

Sans réclamation ni explication

Au moins huit cimetières du nord du département sont touchés par cette série de dégâts, sans aucune réclamation ni explication. Des fleurs et des couronnes sont jetées et piétinées. Les plaques commémoratives disparaissent. A Guipavas, Plougastel-Daoulas, Brignogan, Le Folgoët, La Forest-Landerneau et Ploudaniel, on ne trouve pas d’ornements funéraires.

Le phénomène a commencé en début de semaine. Les vandales ciblent exclusivement les tombes des combattants anglais morts dans le Finistère pendant la Seconde Guerre mondiale. Des associations d’anciens combattants et Le Souvenir français ont commencé à porter plainte.

« Désolant »

« J’ai constaté, lundi matin, que les couronnes et croix déposées sur les deux tombes de soldats alliés avaient été dépouillées de leurs fleurs et de leurs croix. Je ne comprends pas comment on peut tomber aussi bas. C’est pénible »réagit, “consterné”, Pascal Kerboul, le maire de Folgoët. 

A Gouesnou, les petites croix traditionnelles en bois placées devant les tombes ont été volées. La couronne déposée par la délégation britannique lors des commémorations du 8 mai a également disparu. Et les couronnes de coquelicots qui décorent les tombes ont été retrouvées dans les poubelles municipales.

Même triste constat à Plounéour-Brignogan-Plages où cinq pierres tombales et souvenirs ont été volés, en plus de fleurs et couronnes. Et où a été visité le monument dédié aux soldats du destroyer NCSM Athabaskan. « Ce destroyer canadien a coulé au large de nos côtes pendant la Seconde Guerre mondialecommentaires, “dégoûté”Le maire Pascal Goulaouic. Il ne reste que la gerbe déposée lors des cérémonies commémoratives du 28 avril 2024. C’est inacceptable ! »

Au cimetière de Folgoët (ici lors de la cérémonie du 8 mai 2024), la pelouse et les plaques ont disparu. | OUEST-FRANCE
Afficher en plein écran
Au cimetière de Folgoët (ici lors de la cérémonie du 8 mai 2024), la pelouse et les plaques ont disparu. | OUEST-FRANCE

Manque de culture de la mémoire

« Il est toujours triste, angoissant et choquant de constater que la liste déjà très longue des monuments, stèles, tombeaux et places militaires vandalisés s’allonge encore, conclut François Fouré. Ces monuments, ces tombeaux et ces stèles partagent une histoire commune. »

Invoquer « un malentendu crucial de l’histoire », le délégué général de Souvenir Français accuse un «manque évident de culture de la mémoire».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’histoire de la grève féministe en Suisse
NEXT «Le peuple du Québec va continuer à se laisser berner»