Tombes de soldats britanniques vandalisées dans sept communes du Finistère

Tombes de soldats britanniques vandalisées dans sept communes du Finistère
Tombes de soldats britanniques vandalisées dans sept communes du Finistère

« Nous espérons que les responsables seront retrouvés, jugés et punis » ; « quelle bande de lâches ! » » ; «C’est honteux, aucun respect pour les soldats tombés au champ d’honneur»… Les réactions affluent depuis l’annonce par nos confrères du Télégramme de la découverte d’actes de vandalisme sur les tombes de soldats britanniques en pas moins de sept communes du Finistère Nord (Guipavas, Gouesnou, Plougastel-Daoulas, Ploudaniel, Brignogan, Le Folgoët et La Forest-Landerneau)… géographiquement éloignées pour le moins.

Divers ornements funéraires, dont des petites croix en bois, des couronnes de fleurs et les coquelicots traditionnels – le « coquelicot » est utilisé comme emblème du souvenir de la Première Guerre mondiale au Royaume-Uni – ont été volés, probablement dans la nuit du jeudi 16 mai au vendredi 17 mai.

A Gouesnou, la couronne déposée par la délégation britannique lors des commémorations du 8 mai, ainsi que les couronnes de coquelicots en plastique (finalement retrouvées dans les poubelles municipales), ainsi qu’une plaque commémorative, ont été volées. Les pierres déposées sur la tombe d’un soldat juif ont été dispersées.

Dans les autres communes, le bilan est à peu près le même : plaques, fleurs fraîches et croix de bois au sol ou manquantes. Le nombre exact de tombes touchées n’est pas encore connu. On ignore actuellement si les tombes d’autres communautés auraient également pu être victimes de ces déprédations. Le Souvenir Français, représenté par Marc Privé, sur la commune de Gouesnou, a porté plainte auprès de la gendarmerie du Finistère.

“Ces actes sont stupides, stériles et imbéciles”, glisse Stéphane Roudaut, maire de Gouesnou et premier vice-président de Brest Métropole, qui se dit néanmoins soulagé que les tombes “n’aient pas été taguées ni dégradées” au passage. « D’autant que dans la commune de Gouesnou, nous avons les tombes de cinq soldats britanniques… ». Pour l’édile comme pour les Finistériens, ces faits non revendiqués sont incompréhensibles, et ce d’autant plus compte tenu de l’éloignement important entre certaines communes (situées parfois à 1 heure de route entre l’une et l’autre).

“L’image de ces tombes vandalisées, celles des soldats britanniques qui ont donné leur vie pour libérer notre pays pendant la Seconde Guerre mondiale, est déchirante pour notre département du Finistère”, a souligné ce mercredi matin sur les réseaux sociaux Graziella Melchior, députée du Finistère. 5ème circonscription du Finistère. Ces hommes ont sacrifié leur avenir pour assurer notre liberté et notre sécurité. En cette période de commémoration, j’invite tous les citoyens à se mobiliser contre tout acte de vandalisme qui ternirait la mémoire de ceux qui ont sacrifié leur vie pour notre liberté.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Kengo Kuma révèle le mémorial de Morette
NEXT Seine-Maritime. Avez-vous ressenti un choc ? On vous explique ce qui s’est passé