« Ouboutou » représentera Mayotte lors de la finale régionale du concours 24h by Webcup

« Ouboutou » représentera Mayotte lors de la finale régionale du concours 24h by Webcup
« Ouboutou » représentera Mayotte lors de la finale régionale du concours 24h by Webcup

Le concours « 24h by Webcup » existe désormais depuis 11 ans, dont Mayotte a organisé la première édition en 2013. Son objectif est de mettre en avant les développeurs web professionnels et amateurs de la Région en réunissant des participants venus de 6 îles de l’Océan Indien. (Comores, Réunion, Maurice, Madagascar, Rodrigues et Mayotte) qui rivalisent pendant 24 heures pour créer un site internet. Après la victoire des Mahorais en 2022, c’est Madagascar qui s’est imposé l’an dernier. L’île aux parfums a donc à cœur de récupérer son titre.

La compétition 24h by Webcup existe depuis 2013 et rassemble 6 îles de l’Océan Indien

Pour cette édition 2024, pas moins de 111 équipes ont participé, représentant environ 300 développeurs web répartis sur les 6 territoires. Cette année, quelque chose de nouveau a été mis en place concernant le choix des sujets. En fait, chaque équipe devait dessiner un sujet, alors que les années passées, elles avaient toutes le même. Par exemple, l’équipe « Ouboutou » qui a remporté le premier prix avait pour sujet : la création d’un centre de formation pour super-héros. « On ne s’attendait pas à ce genre de sujets, même si on se doutait qu’il y en aurait des un peu farfelus », raconte Eyina, membre de l’équipe « Ouboutou ».

La jeunesse de la population mahoraise : un atout pour les métiers du web

Pour Rakin, autre membre de l’équipe Ouboutou, la principale difficulté cette année a été de communiquer avec certains de ses coéquipiers « Eyina et moi étions les seuls présents à Mayotte, les deux autres membres de l’équipe étaient en France, nous avons dû faire des appels vidéo. souvent pour discuter de la conception du site, explique-t-il. De plus, nous n’avons pas utilisé modèle, nous avons fait tout le codage de A à Z. Cela nous a demandé beaucoup d’efforts car nous n’avons eu que 24 heures pour créer ce site, alors que normalement cela peut prendre plusieurs semaines. De plus, il fallait qu’il soit éco-indexé, c’est-à-dire aux normes environnementales, nous étions en B. Je pense que cela a joué en notre faveur, mais aussi sur l’esthétique de notre site ainsi que ses fonctionnalités. Nous voulions un « Wow ! » effet. » dès que nous nous y sommes connectés.

La cérémonie de remise des prix aux lauréats a eu lieu dans les locaux de la CCI à Mamoudzou

De plus, chacun savait ce qu’il devait faire et les tâches qu’il devait accomplir. Ainsi, sur les quatre membres de l’équipe, trois étaient dédiés au développement web tandis qu’Eyina s’occupait du scénario et du contenu. « J’étais chargée d’orienter et de conceptualiser la formation des super-héros pour qu’ils ne constituent pas une menace pour la société mais qu’ils fassent le bien », sourit-elle. J’ai donc décliné les services d’un centre de formation mais pour les super-héros à travers les processus de formation, de recrutement, d’inscriptions etc. C’était très enrichissant car cela nous poussait à être plus créatifs et à sortir de notre zone de confort. Quant à savoir pourquoi Mayotte est souvent en tête de cette compétition avec Madagascar depuis plusieurs années, les deux lauréats sont unanimes : « C’est grâce à la jeunesse de la population mahoraise ! Elle s’intéresse de près aux secteurs du numérique et du web. Pour ma part, je suis autodidacte, j’ai appris à coder tout seul en 2016 alors que j’avais 18 ans. A Mayotte, il n’y a pas de formation pour les développeurs web… » précise Rakin.

C’est aussi ce que confirme Eyina : « Les jeunes sont à l’affût de nouvelles tendances, de nouveaux métiers. Ils sont également très agiles, ce qui leur permet de s’adapter très facilement aux changements et ainsi de saisir les opportunités présentes dans les secteurs du numérique et des nouveaux métiers qui leur sont associés. Nos lauréats sont donc confiants pour la grande finale régionale qui aura sans doute lieu en octobre ou novembre prochain. « Nous espérons gagner bien sûr ! Les rôles sont bien répartis… Mes coéquipiers sont très bons. Je n’ai aucune inquiétude quant à leur efficacité et leur compétence », déclare Eyina.

BJ

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin