une horde de jeunes cause 50 000 € de dégâts

une horde de jeunes cause 50 000 € de dégâts
une horde de jeunes cause 50 000 € de dégâts

Située dans la rue principale de Thonnelle, au nord de la Meuse, à proximité de la frontière belge, la grande bâtisse de la famille Emo porte encore les stigmates de cette poussée de folie qui s’est emparée d’une horde de jeunes dans la soirée du dimanche 28 avril dernier. « Et encore une fois, nous avons tout nettoyé pendant presque trois jours. Et nous étions plus d’une vingtaine de personnes», raconte Virginie, la maman, qui travaille comme employée de bureau en Belgique.

Eric, le mari, est le maire de ce village de 150 habitants. On peut encore voir des trous dans les murs, des traces d’éclaboussures d’œufs, des carreaux cassés, des bosses sur la porte du frigo et même des sacs de vêtements trempés d’urine.

« Ce soir-là, mon mari et moi étions absents, avec les deux garçons, et nous avons laissé notre fille seule à la maison. » Eloa, 16 ans, avec deux de ses amies, prend quelques photos qu’elle publie sur les réseaux. « Un de ses amis les a vus et lui a demandé s’il pouvait venir avec trois autres personnes. Elle a d’abord dit non, expliquant que nous n’étions pas là, puis s’est dit que ce ne serait pas vraiment grave s’ils passaient le soir. Ils étaient déjà arrivés à la nouvelle année et tout s’était très bien passé… ».

Là, tout va mal se passer. Les quatre amis arrivent puis, après quelques minutes, d’autres groupes de jeunes. « Au final, il y en aura entre 40 et 60 », poursuit Virginie. “Tout a dû se faire via les réseaux, c’est le plus grand flou.” La maison est tout simplement dévastée, comme dans ce film américain intitulé « Project X », sorti en 2012, dans lequel 2 000 jeunes, invités via les réseaux sociaux, s’adonnent à l’alcool et aux stupéfiants et détruisent « en fête » une villa.

L’adolescent menacé

A Thonnelle, les prises électriques ont été arrachées des murs, la bibliothèque et le lit de Maxence, l’aîné, ont été brisés, sa chambre a été entièrement retournée et aspergée de peinture noire. On peut y voir une croix gammée et l’inscription « Le Pen ». Les placards alimentaires sont vidés, renversés par terre. « Eloa, ma fille, n’arrivait à rien, poursuit Virginie. “Et elle ne sait pas comment ça a commencé.” En pleine nuit, nous recevons un appel d’un de nos voisins : il y avait une fête chez nous ! Nous avons réussi à contacter Eloa qui nous a dit de ne pas nous inquiéter, que tout allait bien. Après, je lui ai demandé pourquoi elle ne nous avait pas prévenus, elle m’a répondu qu’elle avait été menacée, que si elle prévenait quelqu’un, on la retrouverait, à Arlon ou Virton (NDLR : en Belgique)”.

Depuis cette nuit traumatisante, l’adolescent n’est plus scolarisé. “C’est complètement fermé.”

Au cours de cette soirée, des radiateurs ont été arrachés, les encadrements de certaines portes ont été détruits et des personnes ont uriné et déféqué sur tous les lits de la maison. Le câble de l’antenne parabolique a été coupé, un arbre dans le jardin a été abattu… « J’aime faire des gâteaux et j’avais 12 douzaines d’œufs dans le frigo. Ils les ont fracassés contre les murs. Ils ont pris nos scooters pour aller au village. Tous les quatre sont désormais inutilisables. Pareil pour ma voiture, une Mercedes, qui est toute rayée et tachée d’œufs. Il n’y a plus de courant et toutes les lumières s’allument… ».

Le parquet de Verdun suit « de près » cette affaire

Le montant des dégâts est estimé à plus de 40 000 €. “Et celui des vols à 10 000 €.” Car de nombreux objets ont disparu. « Stylos, montres Montblanc. Vêtements et chaussures de marque, espèces. Je suis dégoûté. Et ma colère ne s’apaise pas. Pourquoi une telle colère ? C’est inconcevable de venir chez les gens et de tout détruire… ».

Eric et Virginie Emo ont porté plainte à la gendarmerie de Montmédy. « Une enquête préliminaire a été ouverte et nous suivons cette affaire de près », indique Sophie Partouche, la procureure de la République de Verdun. « Nous verrons plus tard si une information judiciaire doit être ouverte. Pour l’instant, la famille a été entendue et une enquête de voisinage a été menée. Les gendarmes ont relevé des empreintes digitales et des traces ADN. À suivre.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Inscrivez-vous pour reconnaître le parcours du Tour de France en Bouriane le 15 juin – Medialot
NEXT Une quarantaine de logements dans l’arrière-cour de l’église Notre-Dame-des-Sept-Allégresses