Quel impact les JO auront-ils sur le système de sécurité du Finistère cet été ? – .

Quel impact les JO auront-ils sur le système de sécurité du Finistère cet été ? – .
Quel impact les JO auront-ils sur le système de sécurité du Finistère cet été ? – .

Par

Martine De Saint Jan

Publié le

15 mai 2024 à 18h15

Voir mon actualité
Suivre Côté Quimper

LE Jeux Olympiques de Paris 2024 aura un impact sur l’organisation des forces de sécurité dans le Finistère durant l’été, point culminant d’activité dans un département qui reçoit beaucoup de touristes et dans lequel de grands rassemblements sont organisés.

Le département ne recevra pas de renforts de forces mobiles comme d’habitude, « mais cela ne représentait que 38 gendarmes et 9 CRS en 2023 », précise Alain Espinasse, préfet du Finistère.

Par ailleurs, le département doit mettre à disposition des gendarmes et des policiers pour sécuriser les épreuves olympiques.

« Toutefois, nous aurons autant de moyens alloués que l’année dernière, voire plus », assure le préfet.

Pas de vacances pour les policiers et gendarmes

Elle indique que seulement 20 % des effectifs seront autorisés à prendre des congés entre le 15 juin et le 23 juillet et entre le 12 et le 31 août. « Mais pendant la période rouge, du 25 juillet au 11 août, personne ne pourra prendre de vacances. » Ce qui sera la première manière de compenser.

Par ailleurs, la Gendarmerie du Finistère fera appel à 78 volontaires de la réserve opérationnelle (contre 66 en 2023). « Et nous avons fait un effort de recrutement : 25 nouveaux policiers qui ont terminé leur formation reprendront leur mission à partir du 1euh juin», ajoute le colonel Charlotte Tournant, commandant le groupement départemental de gendarmerie.

Le personnel des zones moins surchargées sera également redéployé vers la côte. Sept postes saisonniers temporaires seront ouverts, par exemple à Ouessant et Sein. La nouvelle brigade mobile des Monts d’Arrée (6 gendarmes) prendra ses fonctions le 1euh Juillet.

Vidéos : actuellement sur -

46 sites de baignade surveillée

Alain Espinasse met en avant les quatre priorités fixées aux forces de sécurité pour cet été :

  • la sécurité publique (lutte contre les rodéos urbains et contre les cambriolages notamment),
  • sécurité routière (contrôles antidrogue, alcool),
  • gestion de festivals et grands rassemblements,
  • surveillance de la natation.

Sur ce dernier point, le préfet rappelle que la mer tue en moyenne 19 personnes chaque année dans le Finistère. « Nous disposons de 269 sites de baignade, 46 seront surveillés, comme en 2023, soit par les pompiers, par la SNSM, soit par d’autres associations. »

Un hélicoptère bombardier d’eau

La lutte contre les incendies de forêt est également considérée comme un enjeu majeur, depuis les incendies des Monts d’Arrée en 2022. Le service départemental d’incendie et de secours va recruter 36 sapeurs-pompiers saisonniers. Elle pourra compter sur un appareil de télédétection incendie et la location d’un hélicoptère bombardier d’eau, comme en 2023.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un long voyage acceptable malgré une défaite par blanchissage pour conclure
NEXT Alek Manoah se démarque pendant sept manches lors de la victoire des Blue Jays