Dans le Val-d’Oise, un conflit entre une mairie et une association de soutien à l’autisme

Dans le Val-d’Oise, un conflit entre une mairie et une association de soutien à l’autisme
Dans le Val-d’Oise, un conflit entre une mairie et une association de soutien à l’autisme

Par

Daniel Cholet

Publié le

13 mai 2024 à 11h50

Voir mon actualité
Suivre La Gazette du Val d’Oise

A Argenteuil (Val-d’Oise), un conflit entre l’association Éducation Parents Enfants Autistes (Epea), basée dans l’ancien centre de loisirs de l’école Henri-Wallon, dans le Val Nord, depuis novembre 2016, et la mairie, qui lui demande de quitter les lieux.

Une pétition en ligne a été lancée sur change.org par l’association pour demander du soutien et surtout « faire pression sur les décideurs concernés ».

« Écoutez les parents d’enfants autistes, un lieu précieux qui sert de refuge et de soutien aux enfants autistes et à leurs familles depuis plus de 20 ans, est menacé. La municipalité d’Argenteuil nous demande de quitter les lieux. La fermeture potentielle de ce centre serait dévastatrice non seulement pour les enfants mais aussi pour leurs familles qui dépendent de ce service essentiel. Nous ne pouvons pas permettre que cela se produise. Il s’agit d’une ressource inestimable pour notre communauté qui a aidé des centaines d’enfants à s’épanouir malgré leurs conditions. Selon l’Organisation mondiale de la santé, environ 1 enfant sur 100 souffre d’un trouble du spectre autistique. ces enfants ont besoin de lieux comme l’EPEA pour recevoir le soutien nécessaire à leur développement. »

Changement de présidence et « nouvelles règles »

Créée il y a vingt ans, cette association qui vient en aide aux parents et aux enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA), a d’abord travaillé à Montigny-lès-Cormeilles (Val-d’Oise) avant de s’installer à Argenteuil à la demande de la municipalité.

La mairie lui demande désormais de quitter les lieux car elle considère que l’association n’occupe que très partiellement l’ancien centre de loisirs, alors qu’il existe, toujours selon la Ville, des exigences fortes envers la commune en matière d’accueil des enfants handicapés.

Une demande qui a « stoppé instantanément une grande partie de nos actions »

Fouzia Kourdaci, qui a pris la présidence après le départ de l’ancien président, explique que c’était au moment du changement de présidence

“que la Ville d’Argenteuil a choisi de discuter du renouvellement de la convention de mise à disposition des locaux et d’imposer de nouvelles règles”. Il lui a alors été demandé « d’envisager de partager les locaux ».

Une demande qui a « stoppé instantanément une grande partie de nos actions », assure Fouzia Kourdaci.

La Ville réclame le partage des locaux

Toujours selon le président,

Vidéos : actuellement sur -

« Après un an de négociations et d’incompréhension totale, nous avons reçu cette lettre demandant de quitter les lieux avant le 30 avril, sans explication alors que nous sommes constamment contactés par les parents, les soignants, les équipes éducatives, les autorités. C’est incompréhensible. Sans locaux, nous n’existerons plus à Argenteuil, où nous rêvions de pouvoir développer et même créer un Centre de l’Autisme.

Le maire (Lr) d’Argenteuil, Georges Mothron, prétend pour sa part avoir

« J’ai toujours eu d’excellentes relations avec cette association et son président, mais la nouvelle présidente, qui est cormeillaise, a mis de nombreux mois à rouvrir alors que nous avions une autre association d’Argenteuil qui frappait à la porte depuis longtemps. Nous avons trouvé judicieux, comme elle n’occupait pas du tout les lieux, de voir avec elle comment nous pourrions partager les lieux. Il n’y a eu aucune réponse pendant très longtemps. Pour la faire déménager, elle a été contrainte de partager les locaux en permanence. Ce qu’elle n’aime pas. Elle n’est pas exclue. Nous lui avons proposé une partition, le week-end pour l’un et en semaine pour l’autre.

Fouzia Kourdaci continue de dire que

« il n’est pas possible de partager les locaux » et qu’il lui a été demandé de partir le 30 avril. « J’ai toujours répondu aux demandes de la mairie. S’ils avaient d’autres projets, il fallait le dire dès le début.

L’adjointe au maire Carine Goncalves dit ne pas comprendre la polémique

Elle dit qu’elle attend le rendez-vous avec Georges Mothron qu’elle a demandé.

Carine Goncalves, adjointe au maire chargée des affaires sociales et du handicap, vice-présidente du Ccas, déclare

« Je ne comprends pas bien cette pétition ni cette controverse. Comme nous l’avons vu, ces locaux de 200 m2 ne sont plus utilisés depuis deux ans, sauf le samedi, lorsque de nombreuses associations œuvrant en faveur du handicap et de l’autisme ont besoin de locaux. Cela fait deux ans que nous essayons de trouver une solution, mais Mme Kourdaci refuse de nous fournir son emploi du temps et ne répond pas à nos courriers.

La Ville veut créer d’autres associations œuvrant en faveur du handicap

L’élue explique qu’elle attend l’aval duAgence régionale de santé (Ars) d’installer des associations « qui œuvrent réellement en faveur du handicap » dans l’ancienne base de loisirs Henri-Wallon.

L’association compte résister.

« La fermeture potentielle de ce centre serait dévastatrice non seulement pour les enfants mais aussi pour leurs familles qui dépendent de ce service essentiel. Nous ne pouvons pas permettre que cela se produise. Nous vous invitons donc à signer cette pétition afin que nous puissions faire pression sur les décideurs concernés et garantir le maintien du centre d’accueil de l’Epea pour nos enfants autistes. Votre signature peut faire une différence dans la vie de ces enfants et de leurs familles », souligne le texte de la pétition sur change.org.

« La vérité est que la mairie veut récupérer ces locaux pour y installer une fondation pour les handicapés. Mais on ne fait pas une association comme ça ! Aujourd’hui, je souhaite toujours assurer un accompagnement téléphonique mais je ne peux plus accueillir les parents », confie Fouzia Kourdaci.

.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Désindexer les retraites ? Un « coup d’avion » supplémentaire regrette le sénateur du Gard Burgoa
NEXT notre sélection du 10 au 12 mai