« Je vois dans ce groupe l’envie de bien faire »

« Je vois dans ce groupe l’envie de bien faire »
« Je vois dans ce groupe l’envie de bien faire »

Coincé dans une série de cinq défaites consécutives, le FC Lorient (17e) n’a d’autre choix que de réagir vite afin de conserver sa place dans l’élite ou, au moins, d’assurer sa place en barragiste. D’autant que les deux prochaines rencontres des Merlus s’annoncent particulièrement relevées, avec un déplacement à Lens prévu ce vendredi (21 heures), suivi d’un autre au Vélodrome pour affronter l’OM (7e) et un duel crucial pour le maintien contre Clermont ( 18ème). L’entraîneur de Lorient, Régis Le Briss’est présenté en conférence de presse avant le 32ème jour de Ligue 1 à Bollaert.

A lire aussi >> Lorient – Régis Le Bris après Toulouse (1-2) : “Bien sûr qu’on y croit, il n’y a pas d’ambiguïté là-dessus”

Lens est une équipe qu’on connaît bien. C’est une équipe très intense, qui presse beaucoup et qui prend des risques dans son pressing. Cela peut être extrêmement efficace et vous étouffer dans certaines phases avec des récupérations élevées. Une équipe qui utilise beaucoup les flancs en attaque de position, avec beaucoup de centres […] Je pense que nous avons la possibilité de nous adapter à cela car c’est un système presque équivalent au nôtre. Nous n’avons pas besoin de faire une grande différence, comme cela peut être le cas lorsque nous rencontrons des configurations très différentes. Ensuite, c’est l’énergie que nous mettrons et la volonté que nous aurons pour faire pencher cette dynamique en notre faveur. Le travail se fait sur l’aspect tactique, puis il se fait sur l’aspect motivation, engagement, dépassement, fierté, fierté. Tous ces leviers qui font aussi la différence dans ces moments de compétition. C’est ce que nous devons mobiliser […] J’ai confiance en ce travail et en ce groupe. Car autant, il y a eu des moments dans cette saison où je ne voyais pas l’intimé, autant depuis janvier, Je perçois dans ce groupe l’envie de bien faire. On dit généralement que le travail finit par payer, et j’y crois aussi. […] Ce sont des athlètes qui ont déjà fait ce genre de bascule dans d’autres expériences. […] Cela dépend de nous. Il y a un adversaire, des circonstances de match et un scénario. Mais il y a toujours l’espoir cultivé et enraciné en moi que je peux le faire […] On est dans une situation où aujourd’hui, on est déjà en Ligue 2 avec le nombre de points qu’on a. Nous n’avons donc plus rien à perdre. Il faut lâcher un peu plus pour se dire que l’on aura tout essayé. Je pense que si l’on parvient à dépasser ce petit cap du lâcher prise, celui de l’insouciance, cela peut être l’élément clé pour refaire le changement. »

Photo de Daniel Derajinski/Icon Sport

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV ciel clair, soleil et vent – ​​.
NEXT SÉNÉGAL-SANTE/Un médecin optimiste pour l’avènement d’un programme national de lutte contre le cancer – Agence de presse sénégalaise – .