L’eurodéputée grecque Eva Kaili va reprendre ses fonctions au Parlement – ​​.

L’eurodéputée grecque Eva Kaili va reprendre ses fonctions au Parlement – ​​.
L’eurodéputée grecque Eva Kaili va reprendre ses fonctions au Parlement – ​​.
--

“La semaine prochaine, elle sera au Parlement européen pour exercer ses fonctions”, a déclaré vendredi l’avocat grec d’Eva Kaili, Michalis Dimitrakopoulos, à la chaîne de télévision grecque Skai. La veille, la justice belge a autorisé l’ancienne journaliste de 44 ans, figure emblématique du scandale du “Qatargate”, à retirer son bracelet électronique et l’a libérée de son assignation à résidence dans l’attente de son procès pour corruption.

La députée européenne doit encore demander au Parlement de déterminer si sa surveillance, son arrestation et son emprisonnement ont violé ses droits en tant que députée, a ajouté Michalis Dimitrakopoulos. Ancienne étoile montante du Parlement européen, Eva Kaili a été déchue de son poste de vice-présidente et expulsée de son groupe au parlement des socialistes et démocrates.

Arrêtée en décembre dans la capitale belge lors d’une vague de perquisitions, Eva Kaili avait été libérée de prison mi-avril, mais assignée à résidence sous bracelet électronique. Deux autres suspects dans cette affaire de corruption présumée au sein du Parlement européen ont déjà bénéficié ce mois-ci de la levée de cette mesure de surveillance à domicile.

Il s’agit de l’eurodéputé belge Marc Tarabella, qui comme Eva Kaili clame son innocence, et de Francesco Giorgi, compagnon de l’élu grec et ancien assistant parlementaire de Pier Antonio Panzeri. Ce dernier, ancien eurodéputé italien (2004-2019), qui est la figure centrale de l’affaire, reste placé sous bracelet électronique, l’une des méthodes de détention préventive en Belgique.

---

Dans cette affaire de corruption présumée au profit du Qatar et du Maroc, au moins six suspects ont été inculpés, soupçonnés notamment de participation à une organisation criminelle et de blanchiment d’argent.

Le scandale a éclaté en décembre lorsque des enquêteurs belges ont saisi lors de perquisitions à Bruxelles – notamment aux domiciles d’Eva Kaili et de Pier Antonio Panzeri – environ 1,5 million d’euros en petits billets distribués dans des valises ou des sacs. Le juge d’instruction chargé de l’enquête, Michel Claise, soupçonne des versements en espèces effectués en échange de décisions ou de positions politiques favorables au Qatar et au Maroc au Parlement européen, ce que Doha et Rabat ont fermement démenti.

Michalis Dimitrakopoulos a assuré vendredi que Pier Antonio Panzeri était le “cerveau” et que les empreintes digitales de Kaili n’avaient pas été retrouvées sur l’argent saisi par la police. “Elle pense qu’elle sera acquittée (…) si l’affaire passe en jugement”, a-t-il ajouté.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

---

NEXT Le Sénégal en attente d’un verdict qui pourrait enflammer le pays – .