Trois Palestiniens tués par l’armée israélienne en Cisjordanie

Trois Palestiniens tués par l’armée israélienne en Cisjordanie
Descriptive text here

La Nouvelle-Calédonie a été secouée par une troisième nuit d’émeutes, mais moins violentes que les précédentes, a annoncé jeudi le Haut-Commissaire de la République française. Soixante-dix nouvelles arrestations ont eu lieu ces dernières 24 heures.

Dans l’agglomération de Nouméa, les habitants ont commencé à organiser la protection de leur quartier et ont érigé des barricades de fortune, faites de palettes en bois, de canettes et autres brouettes, sur lesquelles ils ont planté des drapeaux blancs.

Malgré cela, les violences se sont poursuivies jeudi sur l’archipel français d’Océanie, qui a connu une nouvelle fois « des affrontements très importants », a déploré le haut-commissaire Louis Le Franc. La métropole de Nouméa a été une nouvelle fois la proie de pillages et d’incendies, a-t-il ajouté. 200 arrestations ont eu lieu depuis lundi dans la région.

“Il y a aussi des pièges tendus aux policiers”, qui ont été soumis à “des tirs nourris de fusils à longue portée”, a-t-il ajouté. Le bâtiment habituel du Sénat a été incendié, selon son service de communication, sans que l’étendue des dégâts ne soit connue pour l’instant.

« Nous ne sommes pas entendus »

Symbole de cette explosion de violences, le quartier pauvre d’Auteuil, où résonnaient encore des tirs nourris au petit matin, s’est retrouvé jeudi réduit à l’état de désolation, a constaté un correspondant de l’AFP, avec son supermarché incendié, ses commerces et restaurants incendiés. et pillé.

« On vient récupérer ce qu’il y a dans les magasins pour manger. Après, nous n’aurons plus de magasin. Nous avons besoin de lait pour les enfants. Je ne considère pas que ce soit du pillage», a jugé auprès de l’AFP un habitant d’Auteuil, qui a requis l’anonymat.

La violence, “il faut la traverser, tout ‘péter’, parce qu’on n’est pas entendu”, a assumé un jeune homme habitant la commune de Houaïlou, qui a également refusé de donner son nom.

Le président français Emmanuel Macron, qui a déclaré l’état d’urgence, a annulé un déplacement prévu jeudi sur le site de l’EPR de Flamanville pour pouvoir présider une « réunion de suivi ». Il a proposé aux élus calédoniens d’avoir à l’issue « un échange par visioconférence ».

Assignations à résidence

Le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin a procédé, dans le cadre de l’état d’urgence, aux cinq premières assignations à résidence de membres de la cellule de coordination des actions de terrain (CCAT), la frange la plus radicale du Front de libération socialiste kanak (FLNKS). ), accusés d’être les commanditaires présumés des violences.

Dans un communiqué, les dirigeants de ce mouvement, sans réagir à ces convocations, ont argué que « les exactions commises […] n’étaient pas nécessaires », mais étaient « l’expression des personnes invisibles de la société qui subissent de plein fouet les inégalités et sont marginalisées au quotidien ».

Les principaux partis politiques du territoire et les autorités ont appelé au calme mercredi, face à cette vague de violences, la plus grave depuis les années 1980.

Ces violences ont fait trois morts, deux hommes âgés de 20 et 36 ans, ainsi qu’une jeune fille de 17 ans, ont détaillé jeudi les autorités. Un gendarme d’une vingtaine d’années, touché à la tête par un coup de feu, a également succombé à ses blessures.

Réforme électorale

Les violences ont éclaté après que le Sénat puis l’Assemblée nationale ont adopté une réforme constitutionnelle qui a élargi le corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Le texte doit encore obtenir les trois cinquièmes des voix des parlementaires qui doivent se réunir avant « fin juin » en congrès à Versailles, selon Emmanuel Macron, à moins que séparatistes et loyalistes ne s’accordent d’ici là sur un texte plus global.

La réforme vise à élargir le corps électoral aux élections provinciales, cruciales dans l’archipel. Les indépendantistes jugent que ce dégel risque de réduire leur poids électoral et de marginaliser « encore plus le peuple indigène kanak ».

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats/afp

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV l’Agence de Développement du Numérique au service de la promotion de l’innovation et des nouvelles technologies
NEXT Entre ironie et sarcasme, un échec annoncé