X respectera la justice brésilienne malgré les propos d’Elon Musk

X respectera la justice brésilienne malgré les propos d’Elon Musk
X respectera la justice brésilienne malgré les propos d’Elon Musk

Les représentants au Brésil du

• Lire aussi : Musk dans le collimateur de la justice brésilienne

• Lire aussi : « Dictateur » ou défenseur de la démocratie : qui est le puissant juge brésilien avec lequel Elon Musk se dispute ?

• Lire aussi : Les nouveaux utilisateurs de X devront payer pour publier des messages, déclare Musk

Ce document, une lettre de trois pages datée du 13 avril, est adressée au juge de la Cour suprême Alexandre de Moraes, que M. Musk a accusé à plusieurs reprises de « censure » pour avoir bloqué des comptes d’utilisateurs de Twitter soupçonnés de diffuser de la désinformation.

L’entrepreneur américain avait d’ailleurs menacé de « lever toutes les restrictions » imposées par ce magistrat, sans donner plus de précisions.

Toutes les décisions du plus haut tribunal du Brésil « sont et continueront d’être pleinement respectées par X Corp », peut-on lire dans la lettre signée par le cabinet d’avocats de la plateforme, rachetée par le patron de Tesla et SpaceX en 2022.

Il s’agit d’un revirement après la présentation la semaine dernière d’un autre document adressé au juge Moraes, dans lequel figurent des représentants des mesures dictées par la justice locale.

Un argument aussitôt réfuté par le magistrat dans un jugement de justice.

La polémique a commencé il y a une dizaine de jours, quand Elon Musk, au nom de la défense de la liberté d’expression, a lancé une série d’attaques contre le dictateur.

Fer de lance de la lutte contre la désinformation, cette dernière a ordonné le blocage de plusieurs comptes sur la plateforme, appartenant pour la plupart à des sympathisants de l’ex-président d’extrême droite Jair Bolsonaro (2019-2022).

Alexandre de Moraes, magistrat aussi puissant que clivant, a réagi en ordonnant l’ouverture d’une enquête contre le patron milliardaire, l’accusant d’« exploitation criminelle de X ».

Il a également fixé une amende de 100 000 reais (environ 18 000 euros) par jour pour chaque compte réactivé. Les amendes seraient imposées « aux responsables légaux » de l’entreprise au Brésil. Aucun de ces comptes n’a été réactivé à ce jour.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Julien Assange. Cyber-activiste devenu symbole de la liberté d’information
NEXT Raid israélien toujours en cours à Jénine, 11 morts