il a été amputé et on lui a diagnostiqué un diabète parce qu’il avait marché sur un oursin ! – .

il a été amputé et on lui a diagnostiqué un diabète parce qu’il avait marché sur un oursin ! – .
il a été amputé et on lui a diagnostiqué un diabète parce qu’il avait marché sur un oursin ! – .

Cela s’appelle commencer la journée du mauvais pied : lorsque cet Allemand d’une soixantaine d’années décide de partir en vacances au bord de la mer, il est loin de se douter de la tournure que prendra son séjour. En cause : un oursin placé sur son passage et sur lequel il va marcher. Une fois à l’hôpital, le patient est examiné sous toutes les coutures. Pas de fièvre, pas d’infection… une fois les épines retirées et une prescription d’antibiotiques en main, notre vacancier rentre chez lui.

Mais, 17 jours plus tard, il est de nouveau admis aux urgences : son pied, enflé et rouge, présente trois orteils nécrotiques. Un diagnostic sérieux qui le conduit directement au bloc opératoire. Au programme : l’amputation pour que la gangrène, déjà installée, ne se propage pas. Qu’est-ce qui aurait pu se passer ?

Un cas rare de diagnostic de diabète grâce au syndrome du pied diabétique !

Il s’agit en fait d’un cas rare de diagnostic de diabète grâce à un épisode de « syndromesyndrome du pied diabétiquediabétique en vacances », rapporte cette étude publiée le Univadis en mars dernier. En fait, les personnes atteintes de diabète sont plus susceptibles que les autres de souffrir de blessures aux pieds pendant leurs vacances. En cause : plusieurs facteurs.

LE diabètediabète peut endommager le nerfsnerfs, ce qui entraîne une réduction de la sensibilité des pieds. Les patients sont alors plus susceptibles de ne pas remarquer de blessure. À cela s’ajoute une altération de la circulation sanguine qui réduit la capacité du corps à cicatriser les plaies, augmentant ainsi le risque d’infections.

Cependant, en vacances, nos pieds sont soumis à des contraintes bien plus importantes que d’habitude, ce qui peut augmenter le risque de blessures, surtout si les pieds sont exposés à des surfaces rugueuses ou à des chaussures inadaptées, notamment dans le cas des personnes diabétiques. . Il est également plus courant de marcher pieds nus, ce qui peut vite se détériorer lorsque la sensibilité de la plante des pieds est réduite.

Pied diabétique = Amputation ? NON ! Réponse d’un podologue. © Allopodo, YouTube

Le diabète de type 2, une maladie sous-diagnostiquée

C’est exactement ce qui est arrivé à ce patient, qui ignorait qu’il souffrait de diabète de type 2 : ces facteurs ont ralenti le guérisonguérison normale de sa blessure, qui a fini par s’infecter et se nécroser, conduisant à une amputation. Une mésaventure qui aura au moins permis à cet homme d’être pris en charge pour sa maladie.

Si ces dernières ont joué un rôle dans l’évolution de la blessure, il n’en reste pas moins que le risque sanitaire présenté par les oursins est encore trop sous-estimé, estime l’auteur de l’étude. Les épines de certains espècesespèces sont notamment recouverts de toxinestoxines qui peut persister dans la chair, même après avoir nettoyé la plaie.

Le cas du vacancier, aussi peu fréquent soit-il, n’est pas isolé et met en évidence la fréquence des sous-diagnostics du diabète de type 2 dont les signes avant-coureurs doivent être mieux connus et surveillés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Timothée Gravel, un jeune organiste très prometteur
NEXT l’anime fait ce chiffre catastrophique au Japon