Omar Sy, inclassable – Libération

Omar Sy, inclassable – Libération
Omar Sy, inclassable – Libération

Le portrait

Article réservé aux abonnés

De son enfance modeste et joyeuse dans sa ville de Trappes à Hollywood et ses succès mondiaux, l’acteur et bientôt juré à Cannes raconte son histoire dans un livre qu’il a co-édité, qui vient de paraître.

C’est une star, une vraie, à l’américaine. Tout chez lui est XXL, maîtrisé, surnaturel, comme si un soleil intérieur rayonnait le corps, le sourire, le regard. Il faut le voir apparaître dans une pièce et dévorer l’espace, tout le monde se sentant immédiatement tout petit et gris. Omar Sy connaît son pouvoir. “Salut tout le monde”, il s’échauffe, torse nu dans sa veste Jacquemus, en riant tout le temps. Son staff le suit : garde du corps, attaché de presse, avocat… même le petit chien, Tato, tout cela pour la sortie de son livre chez Albin Michel. La vieille maison fond fin avril. « Omar a placé la barre haute et nous avons dû être à la hauteur. » souffle le réalisateur de non-fiction, Alexandre Wickham, visiblement ébranlé par les standards hollywoodiens.

Omar Sy a exigé d’être co-rédacteur, minutieux jusqu’à la relecture des épreuves, affinées à la virgule près, avec celle qui l’a avoué, Elsa Vigoureux, grand reporter à Nouvel Observatoire. Ils se sont rencontrés par l’intermédiaire d’Assa Traoré, la sœur d’Adama, décédé en 2016, à l’âge de 24 ans, à la suite d’une violente interpellation par des gendarmes. L’acteur avait soutenu la jeune femme en deuil devenue une icône, le journaliste l’avait aidée à l’écrire Lettre à Adama (Seuil) ; tous deux se sont lancés dans l’Obs (avant que son nom ne change en le Nouvel Obs), un forum suite

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ce petit geste du quotidien qui réduit de près de 40 % le risque de mourir d’une maladie cardiovasculaire
NEXT recette de club sandwich agi | Tribune de Genève – .