Les opposants à la réforme LPP dénoncent un texte en faveur de la finance, pas des travailleurs – rts.ch – .

Les opposants à la réforme LPP dénoncent un texte en faveur de la finance, pas des travailleurs – rts.ch – .
Les opposants à la réforme LPP dénoncent un texte en faveur de la finance, pas des travailleurs – rts.ch – .

La réforme de la prévoyance professionnelle qui sera soumise au peuple le 22 septembre ne profitera pas aux travailleurs, affirme l’Union syndicale suisse (USS), qui a lancé mardi la campagne du «non». Elle dénonce une réforme qui profitera surtout au monde de la finance.

La réforme prévoit une réduction du taux de conversion – qui détermine le montant minimum de la future retraite – dans la prévoyance professionnelle obligatoire de 6,8% à 6%. Les représentants référendaires estiment que les réductions de rentes pourraient atteindre jusqu’à 3200 francs par an.

Parallèlement, le projet de loi augmente les prélèvements obligatoires sur les salaires. Cela coûtera aux employeurs et aux salariés jusqu’à 2400 francs de plus par an. Résultat : les salaires nets baisseront tandis que les retraites diminueront. Pour les syndicats et la gauche, la réforme est donc incomplète.

>> Plus de détails sur la réforme proposée : Le Conseil fédéral lance une campagne pour la réforme de la LPP

Érosion du pouvoir d’achat

Le texte adopté par le Parlement en mars 2023 ne prévoit aucune compensation liée aux interruptions de carrière ou à la répartition inégale du travail entre hommes et femmes.

Elle ne résout pas non plus le problème de la compensation de la hausse des prix, soulignent les opposants. Or, depuis des années, tous les prix augmentent alors que le montant des rentes du 2e pilier reste inchangé. Au cours des trois dernières années, les rentes LPP ont perdu plus de 5% de leur pouvoir d’achat. Alors que le Parlement promet depuis des décennies de régler le problème, cette réforme ne change rien.

Les femmes et les plus de 50 ans sont particulièrement défavorisées

Cette révision équivaut à un projet de démantèlement qui entraînera une baisse des retraites pour les travailleurs de la restauration, de la construction, de la vente ou de l’artisanat, a ajouté Vania Alleva, présidente d’Unia. Ceux qui seront les plus touchés sont ceux qui ont aujourd’hui 50 ans ou plus. Ce seront jusqu’à 271 francs de retraite en moins par mois. « C’est un vol de retraites. »

En outre, l’écart de pension entre hommes et femmes est énorme : il atteint 41 % pour les ménages avec enfants, a rappelé la conseillère nationale écologiste Manuela Weichelt (ZG). Elle regrette également que la réforme ne reconnaisse toujours pas le travail non rémunéré, par exemple en introduisant des primes pour les tâches éducatives et de soins.

Des fonds de pension florissants

Cette situation est d’autant plus difficile à accepter que les caisses de retraite se portent très bien financièrement, a constaté le président de l’USS, Pierre-Yves Maillard. « Elles gèrent une fortune de 1.100 milliards de francs, soit 400 milliards de plus qu’il y a dix ans, et elles ont accumulé plus de 150 milliards de réserves », a-t-il déclaré à la presse.

>> Lire sur ce sujet : Les fonds de pension retrouvent des chiffres positifs

Pour le PS, c’est le secteur financier – banques, courtiers et assureurs – qui en profitera le plus. La gestion des actifs financiers des caisses de pension coûte actuellement un peu plus de 8 milliards de francs, estime le coprésident du PS Cédric Wermuth, qui souligne que les frais de courtage dans ce domaine ne sont toujours pas réglementés.

Si la réforme ne concerne directement que la partie obligatoire de la LPP, elle aura également des répercussions sur la part de la prévoyance vieillesse qui dépasse le minimum légal. Pour cette part supplémentaire, le taux de conversion moyen s’élève actuellement à 5,3%. «Comme le taux de conversion légal pour la prestation minimale concerne également le régime surobligatoire, les caisses de pension auront encore plus de marge de manœuvre pour abaisser leurs taux de conversion», explique Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse.

>> Voir aussi : Payer plus pour une retraite plus modeste ? La réforme qui risque de faire mal

ats/jop

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Trois nouvelles situations permettent le retrait de l’argent épargné – .
NEXT Pourquoi les mineurs ont-ils perdu leur emprise sur le marché ? – .