quelle est cette nouvelle variante du Covid qui progresse et fait craindre une nouvelle vague ? – .

quelle est cette nouvelle variante du Covid qui progresse et fait craindre une nouvelle vague ? – .
quelle est cette nouvelle variante du Covid qui progresse et fait craindre une nouvelle vague ? – .

Un nouveau variant du Covid surnommé « Flirt » gagne du terrain en Europe.

Elle pourrait être responsable d’une hausse des contaminations cet été.

En cause : sa contagiosité accrue et sa résistance aux vaccins.

Suivez la couverture complète

Covid-19 : la vie avec le virus

Quatre ans après le début de la crise du Covid-19, on ne compte plus le nombre de mutations du virus, ni les vagues épidémiques successives. Cet été 2024 pourrait cependant en voir de nouveaux arriver en France. Une souche du virus Covid-19, surnommée « Flirt », progresse en effet en Europe et particulièrement en Espagne, après être déjà devenue dominante aux Etats-Unis en mai dernier.

Sa progression est scrutée de près par la communauté scientifique, principalement en raison de deux facteurs.

De quoi parle-t-on ?

« Flirt » est en réalité un acronyme qui désigne une famille de nouveaux variants du virus SARS-Cov-2 devenus dominants aux États-Unis et émergent en Europe, dont le variant dominant KP.2. Ce dernier est issu du variant JN.1, issu de la famille Omicron et aujourd’hui à l’origine de la majorité des infections en France.

A titre de référence, aux Etats-Unis, le variant « Flirt » représentait 1% des cas mi-mars, 3,8% fin mars, et représente désormais plus de 28% selon le New York Times, ce qui en fait désormais la souche dominante aux États-Unis. Moins actif en Europe pour l’instant, il a néanmoins déjà été repéré dans 14 pays, dont l’Espagne, et notamment en Catalogne.

Faut-il s’inquiéter ?

S’il est surveillé de près par les scientifiques, c’est parce que le variant « Flirt » semble plus contagieux et résistant aux vaccins que la souche précédente, faisant craindre une hausse significative des cas durant l’été. Cependant, selon David Ho, virologue à l’Université de Columbia, ses différences avec la variante précédente pourraient en faire un « plus efficace pour échapper à nos défenses immunitaires ».

“Bien qu’il soit encore trop tôt pour dire (…) le KP.2 et ses proches provoqueront probablement une augmentation du nombre de cas, mais (mon) intuition est qu’il ne s’agira pas d’une grande vague”, écrit notamment le Dr Eric Topol, vice-président exécutif du centre américain de recherche biomédicale Scripps Research, par le Le magazine Time. Et pour détailler : « Le virus n’a pas suffisamment muté pour devenir significativement différent des souches précédentes. » Concernant les symptômes, les chercheurs de l’université Johns-Hopkins de Baltimore se veulent également rassurants dans leur analyse partagée fin mai, évoquant des manifestations déjà connues du virus. « Nous ne voyons rien de nouveau ou de différent. Nous constatons toujours une maladie bénigne. Ce n’est probablement pas parce que le virus est plus doux, mais parce que notre immunité est désormais beaucoup plus forte. Après des années de vaccinations et d’infections, la majorité de la population est mieux à même de lutter contre une infection.

  • Lire aussi

    Covid et grippe : Moderna se rapproche d’un vaccin combiné contre les deux maladies

Compte tenu de ces facteurs, l’OMS a déjà demandé aux sociétés pharmaceutiques d’adapter les vaccins, selon les médias catalans. Le National.

D’ici là, les experts doivent rester vigilants et poursuivre les gestes barrières. Pour rappel, en France, une nouvelle campagne de vaccination à destination des plus vulnérables a débuté le 15 avril.


Audrey LE GUELLEC

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV À 58 ans, elle participera à ses premiers Jeux – .
NEXT Le CEPI et Gavi élargissent leur partenariat pour être prêts à faire face à de nouvelles épidémies – .