La formation du Manoir – .

La formation du Manoir – .
La formation du Manoir – .

Vous rêvez d’être journaliste et de faire des reportages dans des zones de tension, voire de guerre ? Suivez vos rêves, mais avant de vous précipiter, pensez prudemment ! L’académie France Média Monde, associée à l’INA et à Reporter Sans Frontière, organise la formation Manoir du 8 au 10 octobre 2024 lors de la fête des correspondants de guerre à Bayeux.

Formation reconnue dans le monde du reportage de guerre

Aujourd’hui, peu de grands médias envoient des journalistes dans des zones dangereuses sans qu’ils aient reçu une formation sur la sécurité, les risques du métier et le contexte géopolitique. En effet, en 2023, 63 journalistes ont été tués alors qu’ils exerçaient leur métier, selon l’UNESCO, qui constate une forte augmentation des journalistes tués dans les zones de conflit.

Camille Courcy, journaliste indépendante, fait partie des 360 étudiants à avoir suivi cette formation avant d’aller reporter dans des pays en guerre.

Durant ces six jours, les 12 participants apprennent à gérer des situations extrêmes. La formation alterne entre théorie et pratique. Les exercices tendent à reproduire des contextes de guerre, par exemple en prodiguant les premiers secours sous le bruit réel des balles de Kalachnikov tirées à quelques mètres d’eux. L’objectif est de préparer ces futurs reporters à affronter tous types de situations extrêmes.

NIKON soutient la formation Manoir

Si la sécurité n’a pas de prix, la formation en a un : les participants doivent débourser la somme de 3 200 euros. Depuis cinq ans, Nikon finance la formation des futurs journalistes. Seule une participation de 350 € est demandée au stagiaire pour couvrir les frais d’hébergement pour les cinq jours sur place.

Pour postuler, les candidats doivent envoyer leur dossier, comprenant un CV, une lettre de motivation et une ou plusieurs productions d’un reportage photo réalisé en zone dangereuse, à l’adresse [email protected] avant le 30 août 2020.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Reka, l’artiste du bonheur qui fait sourire avec sa nouvelle fresque