le gouvernement prévoit une fusion le 1er janvier 2026

le gouvernement prévoit une fusion le 1er janvier 2026
le gouvernement prévoit une fusion le 1er janvier 2026

Après la création d’une holding en 2025, le gouvernement prévoit une fusion pure et simple des entreprises publiques de l’audiovisuel au 1euh janvier 2026, dans un amendement qui sera soumis aux députés lors de l’examen du texte en commission du mardi 14 mai.

Il est là « a proposé un rapprochement en deux étapes ». « Création à 1euh Janvier 2025 d’une holding à la tête d’un groupe regroupant France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l’INA »Alors “la fusion au 1euh Janvier 2026 des filiales au sein de la société France Médias »explique le gouvernement dans la présentation de cet amendement au texte, l’un des vingt-huit qu’il a déposé.

« Tous les biens, droits et obligations » de ces sociétés «sont transférés à la société France Médias» à compter du 1euh Janvier 2026, détaille l’amendement gouvernemental d’une vingtaine de pages, déposé à l’identique par les députés Renaissance et Horizons, membres de la majorité présidentielle. Il ajoute un nouveau chapitre au menu de la commission des affaires culturelles en première lecture, du mardi après-midi au mercredi. Le projet de loi du Sénat, après son examen en commission, sera débattu dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale les 23 et 24 mai.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Ce que l’on sait du projet de groupement public de l’audiovisuel porté par Rachida Dati

Ajouter à vos sélections

Opposition des syndicats

Appelant à la création d’un « pôle puissant », la ministre de la Culture, Rachida Dati, a annoncé son soutien à un regroupement rapide au sein d’une holding. Mais il a maintenu le flou quant à une éventuelle intégration plus poussée des entreprises, ce qui suscite des inquiétudes au sein du secteur. Les syndicats de Radio France ont déjà exprimé leur opposition à « toute forme de fusion » et appellent à une grève à ces dates à la fin du mois. Mmoi Dati, qui souhaite aller vite, envisage de recentrer le texte sénatorial sur les questions de gouvernance.

« Le PDG de la société France Médias [sera] nommé pour cinq ans par Arcom »l’autorité de régulation de l’audiovisuel, « dans le cadre d’une procédure transparente, ouverte, efficace et non discriminatoire »prévoit un autre amendement du gouvernement. « Cette réforme de l’audiovisuel public doit permettre de proposer une offre plus riche, mieux mise en avant sur toutes les chaînes de diffusion pour qu’elle puisse s’adresser à tous les Français »cela s’explique notamment.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Audiovisuel public : une réforme sans objectif défini

Ajouter à vos sélections

Le Monde avec l’AFP

Réutiliser ce contenu
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Survivant Québec | Acide et râpeux comme un vin maison – .
NEXT Télévision. Le gouvernement prévoit une fusion de l’audiovisuel public au 1er janvier 2026