Commission d’enquête TNT : blocage autour des conclusions : Actualités

Commission d’enquête TNT : blocage autour des conclusions : Actualités
Commission d’enquête TNT : blocage autour des conclusions : Actualités

A l’issue des travaux de la commission d’enquête sur les fréquences TV, les députés de la majorité présidentielle ont demandé le retrait des propositions de l’élu LFI Aurélien Saintoul, une « tentative de censure » selon lui.

Les membres de la commission d’enquête doivent se prononcer mardi en fin d’après-midi, à huis clos, sur la publication ou non du rapport de M. Saintoul.

Au menu : la question du contrôle des chaînes, celle du renforcement des sanctions en cas de non-respect de leurs obligations, et encore celle du pluralisme.

Initiée par LFI, la commission a entendu ces six derniers mois le régulateur de l’audiovisuel, l’Arcom, les patrons de nombreuses chaînes publiques et privées, ainsi que des présentateurs stars de C8 et CNews comme Cyril Hanouna et Pascal Praud.

Sur les 47 propositions contenues dans le rapport, les députés de la majorité présidentielle alliée à LR, selon M. Saintoul, ont demandé lundi soir le retrait de 19.

Selon des sources concordantes, confirmant une information de -, cela concerne notamment la suppression du modèle de la TNT payante, la mise en place d’une redevance payée par les chaînes en échange d’une fréquence, et encore le renoncement des chroniqueurs sur les chaînes d’information ainsi qu’avant. -les programmes scolaires pour les jeunes.

Des propositions sont jugées hors sujet par le camp présidentiel, comme l’abandon du projet de détention de l’audiovisuel public. “Cela entache le rapport”, a déclaré à l’AFP une membre de la commission Renaissance, qui rejette tout chantage et se dit prête à discuter.

Aux yeux des élus LFI, « les macronistes cherchent un prétexte pour enterrer le rapport, qui contient des éléments accablants à l’égard du groupe Canal+ » et de ses chaînes CNews et C8, dans le giron du célèbre milliardaire conservateur Vincent Bolloré.

“Il s’agit clairement d’une tentative de coup d’État, d’une tentative de censure au service de leur ami Bolloré”, a-t-il dénoncé auprès de l’AFP.

M. Saintoul prévoit également deux rapports à la justice, après étude des documents et auditions des gestionnaires de chaînes, a-t-il indiqué sans plus de précisions. Le député a procédé à un « contrôle documentaire et sur place » chez Canal+, comme l’autorise son rôle de rapporteur de la commission d’enquête.

Il souhaite lui-même que les autorisations de CNews et C8 sur la TNT ne soient pas renouvelées.

Le président de la commission Quentin Bataillon (Renaissance), non joignable mardi, avait initialement prévu de joindre au rapport ses propres propositions, qui seront toutes publiées le 14 mai.

Le groupe RN a déjà prévu de voter contre.

Si le rapport n’est pas adopté mardi soir, il sera archivé sans être rendu public – le cas est exceptionnel, le dernier en date à subir ce sort est celui de la commission d’enquête sur le financement des organisations syndicales en 2011.

“Autoriser la publication d’un rapport d’enquête doit être la règle”, a déclaré devant la presse Christine Pires Beaune, porte-parole des députés socialistes, tout en soulignant que les propositions “n’engagent que le rapporteur”.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV «Je me suis vraiment blâmé»
NEXT Max, la nouvelle plateforme de streaming de HBO et Warner Bros, sera disponible le 11 juin en France