Un dixième décès en Nouvelle-Calédonie : ce que l’on sait

Un dixième décès en Nouvelle-Calédonie : ce que l’on sait
Un dixième décès en Nouvelle-Calédonie : ce que l’on sait

Un homme de 38 ans, neveu du leader du Congrès de Nouvelle-Calédonie, a été tué mercredi 10 juillet à l’est de Nouméa dans un échange de tirs avec les gendarmes, portant à 10 le nombre de morts dans les violences qui secouent l’archipel depuis mi-mai.

Nous faisons le point sur la manière dont les événements se sont déroulés.

Suivez la couverture complète

Le journal de 20h

L’homme décédé était issu de la tribu de Saint-Louis, bastion de la faction indépendantiste kanak. Les faits se sont déroulés ce mercredi matin, lors d’une opération de déblocage de la RP1, seule route reliant le sud au reste de la Nouvelle-Calédonie. Les gendarmes ont vu quatre hommes armés se réfugier à l’intérieur de l’église de la mission Saint-Louis, selon le procureur de la République de Nouméa, Yves Dupas.

« L’un d’eux a été vu portant une arme longue, à une fenêtre au niveau supérieur du bâtiment », L’homme aurait tiré en direction des gendarmes positionnés à plusieurs centaines de mètres.L’un des gendarmes a fait usage de son arme de service lors d’une intervention”, a détaillé le procureur. De loin, le policier a mortellement frappé l’un des hommes armés.

Deux enquêtes ouvertes

La victime, âgée de 38 ans, est une personnalité indépendantiste. Visé par un mandat de perquisition, il est soupçonné d’avoir participé à plusieurs car-jackings, vols de voitures accompagnés de menaces et/ou de violences contre le conducteur. Il est également le neveu du leader du congrès, Roch Wamytan. Deux enquêtes ont été ouvertes par le parquet, l’une pour tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique, la seconde pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la provoquer.

  • Lire aussi

    Elections législatives en Nouvelle-Calédonie : Emmanuel Tjibaou, premier député indépendantiste élu depuis 1986

Il s’agit du dixième décès depuis le début des violences il y a deux mois. Saint-Louis est l’un des derniers blocages. Les habitants, eux, sont isolés. « Nous n’avons qu’une seule voie et lorsque nous roulons sur cette voie, soit nous sommes attaqués, soit nous sommes pris au piège. Aujourd’hui, nous ne sommes pas en sécurité et, surtout, nous ne pouvons pas aller travailler. »“La tension est toujours vive sur l’île. Le couvre-feu à 20 heures est en vigueur jusqu’au 15 juillet au moins”, explique Florent, un habitant interrogé dans le reportage en tête de cet article.


MT | Reportage TF1 : Léa Merlier, Flora Monbec et Keziah Cretin

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le prix de l’huile d’olive s’envole depuis le début de l’année à La Réunion ! – .
NEXT A Paimpol, nouvel incendie dans l’ancien collège Goas Plat – .