un match pas si amical que ça • Basket USA – .

un match pas si amical que ça • Basket USA – .
un match pas si amical que ça • Basket USA – .

« Ils ont l’un des meilleurs centres du monde. Enfin, deux. » Jordi Fernandez est conscient de la très grosse tâche à laquelle son équipe va s’atteler la nuit prochaine, à Las Vegas (à 16h30 heure française). En plus de Joel Embiid et Anthony Davis, elle devra affronter Stephen Curry, LeBron James, Anthony Edwards…

Le Canada et les États-Unis, dont Dillon Brooks n’a pas peur, entament leurs préparatifs pour les Jeux olympiques de Paris. L’expérience est cool à cause de la scène, n’est-ce pas ? », s’interroge l’entraîneur canadien lorsqu’il rencontre une équipe américaine battue par ses troupes lors du match pour la 3e place de la Coupe du monde.

Dans le contexte olympique cette fois, et face à une équipe bien plus forte que la sienne, Jordi Fernandez affiche ses intentions : « Etant l’équipe la plus physique et celle qui court le plus, notre condition physique est importante. Comme vous pouvez le constater, nos joueurs travaillent très dur. Nous avons 17 jours pour arriver dans la meilleure forme possible. »

Une bonne façon de se rappeler que les Jeux débutent dans plus de deux semaines, et que ce match n’est qu’une préparation. En tant que 7e nation au classement FIBA, le Canada a bien l’intention de gagner tous ses matchs d’ici là. Mais c’est hors de question » tirer sur la corde de mes joueurs. On a un plan, il faut le suivre. Cela n’aurait pas de sens de faire jouer quelqu’un pendant 30 minutes. »

Nervosité dans l’air

Steve Kerr est probablement dans le même état d’esprit, même s’il sera privé de Kevin Durant et donc de Kawhi Leonard. Les deux équipes ont un bassin de joueurs suffisamment profond pour faire tourner les joueurs ce soir et commencer à faire le ménage dans les rotations. Après tout, ce n’est qu’un match exhibition, même si Shai Gilgeous-Alexander ne cache pas que, peu importe l’adversaire, lui et ses coéquipiers risquent d’être nerveux.

« Je pourrais dribbler le ballon sur mon pied dès la première action “, confie sans détour la superstar du Thunder. L’un des enjeux de cette rencontre et d’une autre confrontation potentielle à Paris est celui de la taille. Avec Kelly Olynyk et Dwight Powell notamment, le Canada ne semble pas avoir les armes pour lutter avec la raquette adverse.

« C’est un bon défi pour nous. Nous allons beaucoup courir. C’est comme ça que nous allons le faire. Et vous savez, nous sommes jeunes, nous nous sommes très bien entraînés et nous sommes prêts à jouer. « , prévient l’entraîneur local qui dit avoir beaucoup de respect pour l’équipe adverse : » Ils sont numéro 1, ce travail nous attend. Dans le futur, nous occuperons cette première place. Nous avons hâte de les affronter. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Dollar General va payer une pénalité de 12 millions de dollars et améliorer la sécurité dans le cadre d’un règlement aux États-Unis – .
NEXT Décès de l’actrice américaine Shelley Duvall – Actualités – .