moins d’offres d’emploi sur le marché du travail ? – .

moins d’offres d’emploi sur le marché du travail ? – .
moins d’offres d’emploi sur le marché du travail ? – .

La pénurie de main-d’œuvre serait beaucoup moins grave cette année, car il y aurait moins de postes à pourvoir que pendant la pandémie, selon les données d’un rapport de l’Institut de la statistique du Québec, au point où certains jeunes semblent avoir plus de difficulté à se trouver un emploi durant la période estivale.

Les postes vacants au Québec ont diminué de 30 % en 2024. Au premier trimestre de 2024, il y avait un total de 143 000 postes vacants, tandis qu’au 1est Au cours du premier trimestre de 2023, ce n’était pas moins de 197 000, selon les données d’une enquête sur les postes vacants et les salaires en 2024 de Statistique Canada.



TVAN

Dans les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie, seuls 11 000 postes sont actuellement ouverts en 2024, alors que le nombre de postes s’élevait à 21 000 l’année dernière.

Même si les postes vacants sont moins nombreux, la pénurie de main-d’œuvre demeure un enjeu majeur. « La pénurie de main-d’œuvre demeure un enjeu majeur pour les PME », affirme François Vincent, de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

Depuis 2022, le nombre de postes vacants a diminué, mais les impacts sont toujours aussi importants. « Mais, si on compare avec 2019, il y a encore plus de postes vacants. Cela reste le deuxième problème qui ralentit les ventes et la production des entreprises », poursuit-il.

Le taux de chômage des jeunes grimpe en flèche

Les jeunes ont de plus en plus de difficulté à trouver un emploi cette année, affirme le directeur général du réseau Pôle emploi jeunesse du Québec. « Leur taux de chômage explose vraiment, il est plus du double de celui de la population jeune. Pour la première fois, il vient de dépasser les 10 %. On est dans des chiffres qui sont plus dans le rouge qu’avant la pandémie », affirme Rudy Humbert, ajoutant que ces chiffres avaient été vus pour la dernière fois en 1998.

Les jeunes devront désormais être plus travailleurs, plus conciliants et plus disponibles pour trouver un emploi durant la période estivale. « C’est sûr qu’il y a urgence de développer une offre de services spécifique pour les jeunes. Ils ont des besoins spécifiques », dit-il.

L’époque où les jeunes « boudaient les emplois au salaire minimum » est révolue; cette année, ils devront revoir leurs priorités. « Un emploi au salaire minimum ou à horaire réduit est mieux que pas d’emploi du tout », affirme Annie Boilard, présidente du Réseau Annie RH.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Joe Biden appelle l’Amérique à « baisser la température » – .
NEXT Qui était le passant tué alors qu’il protégeait sa famille ? – .