Allez-vous reprendre confiance et surconsommer, comme après chaque élection ? – .

Allez-vous reprendre confiance et surconsommer, comme après chaque élection ? – .
Allez-vous reprendre confiance et surconsommer, comme après chaque élection ? – .

Le résultat d’une élection a systématiquement des conséquences sur le moral des Français.Chaque élection génère une bulle d’optimisme avec une augmentation de la confiance des ménages“, indique Dorian Roucher, chef du service de la conjoncture économique à l’Insee, lors d’une conférence de presse tenue mardi 9 juillet. Mais les élections législatives que nous venons de vivre revêtent un caractère inédit. Car contrairement à d’autres scrutins prévus, il s’agit d’un appel aux urnes faisant suite à l’annonce surprise de la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République, Emmanuel Macron, le 9 juin dernier. Reste à savoir si cette généralité avancée par l’Insee sera cette fois confirmée, sachant qu’aucun camp politique n’a obtenu la majorité absolue, ce qui plonge le pays dans l’incertitude quant à son futur gouvernement.

Mais les indicateurs économiques collectés par l’Insee avant l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale sont déjà plutôt bien orientés. L’institut prévoit une croissance de l’économie française de +1,1% en 2024, comme en 2023.L’inflation a eu tendance à ralentir depuis le printemps dernier, passant d’un record de +6,3% en mars 2023 (contre mars 2022) à +2,1% en juin 2024, au cours des douze derniers mois« , ajoute Dorian Roucher. Le même constat s’applique aux prix de l’alimentation, dont l’inflation a été ramenée de +2,5 % en mars dernier à +0,1 % en juin 2024, sur un an. Mieux encore, l’Insee prévoit une nouvelle baisse des prix de l’alimentation d’ici fin 2024. »La baisse de l’inflation redonne du pouvoir d’achat aux Français (+1,4% en 2024 contre +0,9% en 2023, ndlr). La consommation des ménages va accélérer d’ici fin 2024“, précise le chef du service de la conjoncture économique de l’Insee. En moyenne, la consommation devrait augmenter de 1,3% sur l’ensemble de l’année 2024 contre +0,9% en 2023, selon l’Institut.

Le reste sous cette publicité

Le reste sous cette publicité

Stimuler la consommation en gelant les prix des produits alimentaires

Mais ces prévisions pourraient changer au cours des prochaines semaines, notamment en fonction de la couleur politique des différents ministres qui seront désignés pour former le prochain gouvernement et de la mise en œuvre des programmes des nouvelles forces en présence. Le Nouveau Front populaire, arrivé en tête des élections avec au moins 180 sièges selon les estimations de Capital, Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, le gouvernement veut bloquer les prix des produits de première nécessité, notamment alimentaires, par décret. Mais cette mesure, qui vise à relancer la consommation, n’aurait sans doute pas les effets escomptés. Déjà, la facture serait salée. Pour compenser les pertes des industriels, l’Etat serait contraint de mettre la main à la poche. Le cabinet du ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a suggéré un montant de 20 milliards d’euros.

Les détails de l’Insee sur la consommation des ménages devraient être connus le 26 juillet, date de la prochaine publication de son enquête mensuelle de conjoncture.

Lire aussi :

Élections législatives 2024 : comment Gabriel Attal a sauvé le macronisme

Chaque jour, la sélection de informations principales du jour.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Alexis J., soupçonné du meurtre de sa femme Laure Zacchello – .
NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet