Face au fascisme, la bataille ne fait que commencer.

La France a rejeté le fascisme. Deux tiers des Françaises et des Français ont rejeté un parti raciste. C’est ce qui a été dit au monde dimanche 7 juillet et cela constitue une magnifique nouvelle. Cela ouvre la lumière dans un monde obscurci par les thèmes nauséabonds propagés par les mouvements d’extrême droite et les médias aux mains de divers milliardaires. Après trois semaines d’une campagne d’une dureté rarement connue, où les insultes et les attaques diffamatoires ont plu contre la gauche et les écologistes, les électeurs ont remis la raison au milieu du pré.

Tout cela n’aurait pas été possible sans une magnifique mobilisation, où ce ne sont pas tant les partis qui ont mené la bataille que des centaines de milliers, des millions de citoyens qui, chacun à leur manière, ont tenté de convaincre leurs proches, leurs voisins, voire des inconnus dans la rue ou sur les réseaux sociaux que la Infirmière autorisée pourrait nous faire basculer dans un monde de haine et de rejet des autres.

Maintenir la pression

Les médias indépendants travaillent plus dur que jamais et ReporterreNous sommes fiers d’avoir fédéré le mouvement écologiste dans un cri commun contre l’extrême droite et d’avoir contribué à deux beaux rassemblements organisés par des médias indépendants et de nombreux syndicats et associations place de la République à Paris. Nous avons également multiplié inlassablement enquêtes, reportages, interviews, publications sur les réseaux sociaux, pour mettre en lumière les enjeux dramatiques de cette élection. Tout cela souligne, s’il en était besoin, le rôle essentiel des médias indépendants pour faire vivre un véritable débat dans ce pays.

Aujourd’hui, une nouvelle période s’ouvre. La bataille politique va commencer à l’Assemblée nationale, et forcer tout le monde à se rassembler. Il est essentiel que le mouvement populaire qui a exprimé son rejet du racisme ne faiblit pas. Car la pression de l’extrême droite restera forte, encouragée par une partie importante de l’oligarchie néolibérale. Il est essentiel de transformer l’élan du Nouveau Front populaire en une dynamique durable. Une dynamique qui remonte jusqu’aux campagnes et aux petites villes, qui montre qu’une politique de justice sociale et écologique est bénéfique pour tous, qui repousse encore plus loin le rideau du confinement pour laisser entrer la lumière d’un avenir désirable.

Remettre l’écologie au centre

On peut espérer que la force nouvelle de la gauche et des écologistes permettra de changer l’atmosphère générale du débat politique : d’imposer les questions de l’insécurité sociale, du nécessaire renouvellement des services publics, de remettre en cause les projets d’infrastructures destructeurs du climat, des transports, de l’éducation, de la santé. Et aussi de réexaminer la question des libertés publiques et du nécessaire contrôle des actions d’une police que le gouvernement macronien a laissée quasiment en roue libre. Et encore, de remettre au centre de l’attention l’actualité cachée de la catastrophe écologique, alors que le monde vient de connaître son douzième mois le plus chaud jamais enregistré.

Alors qu’une période grave et intense s’ouvre, et que l’élection présidentielle de 2027 va renouveler la confrontation entre deux visions radicalement opposées de l’avenir, il importe enfin de garder une idée simple et claire : ce qui a permis de gagner, c’est l’unité. Cette unité essentielle entre la gauche et les écologistes, entre les radicaux et les sociaux-démocrates, entre les militants de tous types et de toutes formes d’action, entre les quartiers populaires et le monde du travail… C’est ensemble que nous gagnons : pas un slogan, mais un principe d’action.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Bison Futé annonce 653 km de bouchons cumulés ce samedi à la mi-journée – .
NEXT Le prix du fioul domestique au 9 juillet 2024 – .