Des frappes aériennes russes font 17 morts à Kiev, selon un nouveau rapport – .

Des frappes aériennes russes font 17 morts à Kiev, selon un nouveau rapport – .
Des frappes aériennes russes font 17 morts à Kiev, selon un nouveau rapport – .

Deux ans après le début de la guerre à grande échelle, la dynamique du soutien occidental à Kiev ralentit : l’aide nouvellement engagée est en baisse sur la période d’août 2023 à janvier 2024 par rapport à la même période de l’année précédente, selon le dernier rapport de l’Institut de Kiel, publié en février 2024. Et cette tendance pourrait se poursuivre, le Sénat américain ayant du mal à faire passer l’aide, et l’Union européenne (UE) ayant eu beaucoup de mal à faire adopter un plan d’aide de 50 milliards d’euros le 1er janvier.est Février 2024, en raison du blocus hongrois. A noter que ces deux plans d’aide ne sont pas encore pris en compte dans la dernière évaluation réalisée par l’Institut de Kiel, qui s’achève en janvier 2024.

Les données de l’institut allemand montrent que le nombre de donateurs se réduit et se concentre autour d’un noyau de pays : les États-Unis, l’Allemagne et les pays d’Europe du Nord et de l’Est, qui promettent à la fois une aide financière importante et un armement de pointe. Au total, depuis février 2022, les pays soutenant Kiev ont promis au moins 276 milliards d’euros d’aide militaire, financière ou humanitaire.

En termes absolus, ce sont les pays les plus riches qui ont été les plus généreux. Les États-Unis sont de loin le plus grand donateur, avec plus de 75 milliards d’euros d’aide annoncée, dont 46,3 milliards d’euros d’aide militaire. Les pays de l’Union européenne ont annoncé à la fois une aide bilatérale (64,86 milliards d’euros) et une aide conjointe sur fonds de l’Union européenne (93,25 milliards d’euros), pour un total de 158,1 milliards d’euros.

Lorsque ces contributions sont rapportées au produit intérieur brut (PIB) de chacun des pays donateurs, le classement change. Les États-Unis chutent à la vingtième place (0,32 % de leur PIB), loin derrière les voisins de l’Ukraine ou les anciennes républiques soviétiques amies. L’Estonie prend la tête de l’aide en proportion du PIB avec 3,55 %, suivie du Danemark (2,41 %) et de la Norvège (1,72 %). Le reste du top 5 est complété par la Lituanie (1,54 %) et la Lettonie (1,15 %). Les trois États baltes, qui partagent tous des frontières avec la Russie ou son alliée la Biélorussie, figurent parmi les donateurs les plus généreux depuis le début du conflit.

Au classement en pourcentage du PIB, la France est vingt-septième, avec 0,07 % de son PIB engagé, juste derrière la Grèce (0,09 %). L’aide apportée par Paris est en baisse constante depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine – la France était vingt-quatrième en avril 2023, et treizième à l’été 2022.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Au moins 22 morts dans le pire accident de la route de l’année – .
NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet