Jérôme Tonneau condamné à trente ans de prison pour le meurtre de son ex-compagne.

Jérôme Tonneau condamné à trente ans de prison pour le meurtre de son ex-compagne.
Jérôme Tonneau condamné à trente ans de prison pour le meurtre de son ex-compagne.

La cour d’assises du Nord a condamné vendredi Jérôme Tonneau à trente ans de réclusion criminelle, assortis d’une période de sûreté de vingt ans, pour l’enlèvement et le meurtre de son ex-compagne, Nathalie D., en 2019 à Lille.

L’ancien entrepreneur de 58 ans avait surveillé, harcelé et menacé la victime et sa famille pendant des mois à la suite de leur rupture. La menace de « la mettre dans le coffre de (sa) voiture » a été mise à exécution le 27 mai 2019 : Nathalie D. a été violemment enlevée par Jérôme Tonneau et trois hommes roumains, embauchés pour l’occasion, dans le stationnement de son lieu de travail.

Elle a été retrouvée morte, ligotée et égorgée au domicile de Jérôme Tonneau quelques heures plus tard. Isabelle Stayer et Carine Delaby-Faure, les avocates de la famille, ont salué “un jugement équilibré (…) et compris par la famille”, évoquant un “sentiment de soulagement” lié à cette période de sécurité.

Les trois hommes définitivement interdits de territoire français

Jean-Philippe Broyart, avocat du principal accusé, a jugé le jugement « équitable », estimant que son client n’a pas « le profil d’un criminel endurci ». Ses avocats ont indiqué qu’ils ne feraient pas appel.

Les complices de Jérôme Tonneau ont également écopé de lourdes peines pour leur participation au crime : deux « hommes de main » de l’opération ont été condamnés à 16 ans de prison, assortis d’une période de sûreté de 8 ans.

Un troisième, Emanuel Dobrea, dont la culpabilité est considérée « un degré au-dessus » en raison de son rôle dans le recrutement et la coordination de l’équipe, a été condamné à vingt ans de prison avec une période de sûreté de 10 ans.

Ce dernier était également un ami de la victime, qu’il surnommait « Maman », et de ses enfants. Les trois hommes sont par ailleurs interdits de séjour permanent sur le territoire français.

« Je veux demander pardon »

Ils ont exprimé leurs regrets dans leurs déclarations finales. « Je mérite d’être ici (…), j’ai trahi une famille qui m’aimait vraiment et je le regretterai toute ma vie », a déclaré Emanuel Dobrea, en larmes.

Jérôme Tonneau, laconique, déclare : « Je voudrais demander pardon à F. et R. (les enfants de la victime), ainsi qu’à toute leur famille. » L’affaire ne s’arrête pas là : en janvier 2024, l’avocate de la famille de la victime, Isabelle Steyer, porte plainte contre l’État pour défaut de protection.

Nathalie D. s’était rendue à plusieurs reprises au commissariat pour dénoncer le harcèlement et les menaces dont elle était victime. Trois signalements avaient été déposés ainsi qu’une plainte, qui n’avait pas été transmise au parquet. Jérôme Tonneau n’avait pas été entendu.

Une audience est prévue à Paris le 9 décembre. En moyenne, un féminicide survient tous les trois jours en France. Selon le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti, il y a eu 94 féminicides en 2023, après 118 en 2022.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV En choisissant de communiquer sur TikTok, Donald Trump n’a pas tort – .
NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet