Attal affirme que le gouvernement actuel assurera la continuité de l’État autant que « nécessaire » – .

Attal affirme que le gouvernement actuel assurera la continuité de l’État autant que « nécessaire » – .
Attal affirme que le gouvernement actuel assurera la continuité de l’État autant que « nécessaire » – .

A quelques heures du second tour des législatives, le chef de l’actuel gouvernement a déclaré qu’il assurerait la continuité de l’Etat autant que “nécessaire” après le scrutin.

Gabriel Attal a assuré vendredi 5 juillet, lors d’un ultime déplacement de campagne à Paris, que son gouvernement pourrait assurer la continuité de l’Etat « aussi longtemps que nécessaire » à l’issue des législatives de dimanche.

Interrogé sur la possibilité pour son gouvernement de rester en place pour assurer la continuité de l’Etat, le Premier ministre a répondu : « Évidemment, tant que cela sera nécessaire, notre gouvernement le fera, bien sûr. »

« Nous avons un gouvernement qui travaille dur, qui est mobilisé dans tous les secteurs, dans tous les domaines », a-t-il ajouté.

Attal procède « étape par étape ».

Interrogé sur son intention de quitter Matignon ou non, Gabriel Attal a répondu qu’il avançait « étape par étape ».

« Je ne veux pas donner l’impression aujourd’hui que je fais l’impasse sur le second tour des élections, car cela voudrait dire que j’ai un peu de mépris pour le vote français. J’ai trop de respect pour le vote français », a-t-il ajouté.

Gabriel Attal s’est rendu dans les XVIIe et VIIe arrondissements de Paris en soutien aux candidats de son camp ou soutenus par ce dernier, réunis au sein d’Ensemble pour la République.

Dans le XVIIe arrondissement, il a été accueilli par les huées des militants Les Républicains, qui ont crié « Geoffroy, Geoffroy », le nom du candidat de droite Geoffroy Boulard, adversaire de la candidate Renaissance Astrid Panosyan, soutenue par le chef du gouvernement. M. Boulard était présent, tout comme Agnès Evren, présidente de la fédération LR de Paris.

L’équipe de Gabriel Attal a dû changer d’itinéraire, empruntant l’avenue des Ternes au lieu de la rue Poncelet, plus commerçante.

Autre ambiance ensuite à la droite parisienne lorsque le Premier ministre et chef de campagne de la majorité sortante s’est rendu dans le VIIe arrondissement pour soutenir, avec la ministre de la Culture Rachida Dati, Jean Laussucq. Ce dernier est engagé dans un duel contre une candidate de gauche, la PS Marine Rosset, qui a reçu le soutien du macroniste dissident Gilles Le Gendre, député sortant mais non réinvesti dans cette circonscription.

Jeanne Bulant avec l’AFP Journaliste BFMTV

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Donald Trump, récemment jugé inapte, reçoit les éloges de ses anciens rivaux – .
NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet