Le 6 juin 1858, l’éclairage au gaz arrive à Morlaix – .

Le 6 juin 1858, l’éclairage au gaz arrive à Morlaix – .
Le 6 juin 1858, l’éclairage au gaz arrive à Morlaix – .

Le premier gaz d’éclairage fut obtenu dans les années 1780 par l’ingénieur Philippe Lebon. 60 ans plus tard, la moitié de la ville de Paris était éclairée de cette manière, grâce à des brûleurs que du personnel dédié allumait et éteignait manuellement. Dans les mêmes années, la ville de Morlaix était éclairée par des lampadaires alimentés au pétrole. Les édiles voulaient prendre le train de la modernité et, en février 1848, profitant de l’expiration prochaine du contrat d’éclairage au pétrole, entamèrent des négociations pour doter l’éclairage public du gaz.

Un premier traité « raté »

Ce n’est qu’en juin 1852 qu’une première société, celle de MM. Gautier et Salmon, est approchée. Un premier traité est en préparation en décembre. Mais en juin 1853, l’affaire est « ratée » car l’enchérisseur n’a pas déposé la caution provisoire de 3 000 F exigée par le traité. Le pétrole continue donc d’alimenter les lampadaires.

En mai 1855, un nouveau traité est en préparation avec MM. Le Bon, père et fils, propriétaires de l’usine à gaz de Falaise (Calvados). L’un des membres de la famille (le père ou le fils ?) s’installe à Morlaix. Il se déclare prêt à se charger de l’éclairage de la ville pour le compte de la Compagnie centrale d’éclairage au gaz. Un premier traité est signé le 26 novembre 1855 pour une durée de 30 ans. Mais en février 1856, un membre du conseil municipal demande « où en est l’affaire de l’éclairage au gaz et si l’on peut espérer obtenir une prompte conclusion ».

L’usine à gaz, au début du XXe siècle. (Archives municipales de Morlaix)

Installation de l’usine à proximité des écluses

La remise en cause est pertinente car « l’affaire » bloque le choix d’un emplacement pour la future usine. En effet, ce nouveau mode d’éclairage implique la construction d’un bâtiment pour produire le gaz d’éclairage. Le Champ-de-Bataille, initialement envisagé, est écarté, la ville refusant de céder cet espace utile au dépôt de marchandises arrivant des paquebots. L’éclairage au pétrole perdure donc, assuré par l’entreprise d’Eugène Le Bon.

En 1857, l’usine s’installe enfin près des écluses, sur le site de l’ancien four à chaux de Peschard. Résultat d’un long processus, le gaz de ville, ou gaz manufacturé, est produit à partir du coke. Le 6 juin 1858, un premier essai est réalisé dans les rues de Morlaix. La population constate alors « l’éblouissante pureté de la lumière ».

Au début, l’éclairage au pétrole et au gaz cohabitent jusque dans les années 1860. Mais petit à petit, le réseau d’éclairage public au gaz étend sa toile jusque dans les rues et les places de la ville. L’usine à gaz fonctionnera pendant plus d’un siècle, jusqu’en 1963.

Contact

Tél. 02 98 63 10 13 ou [email protected]. Retrouvez les « récits d’archives » de Nicolas Le Boënnec sur le site du réseau des bibliothèques municipales de Morlaix.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les célébrités réagissent à la tentative d’assassinat de Donald Trump – .
NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet