« Paysages », une fête citoyenne pour partager les savoirs – .

« Paysages », une fête citoyenne pour partager les savoirs – .
« Paysages », une fête citoyenne pour partager les savoirs – .

L’association TIMILIN est active en Centre-Bretagne depuis sa création en 2002 par des jeunes citadins scolarisés au lycée agricole du Gros Chêne à Pontivy. Lauréate de plusieurs appels à projets de la Région Bretagne, TIMILIN œuvre dans l’action culturelle et la coopération internationale, et milite pour le développement d’initiatives citoyennes en milieu rural. Le festival régional Paysages est un projet citoyen participatif, conçu uniquement sur la base du volontariat, sans aucune participation financière des pouvoirs publics. Il se déroule cette année dans un contexte très particulier, entre deux tours d’élections législatives.

L’objectif de l’événement est de réunir habitants, chercheurs et artistes qui pourront échanger à Quintin du 4 au 7 juillet dans différents lieux : librairie Le Marque Page, bar à vin Chais les garçons, chapelle St-Yves, MJC, lycée professionnel public. La plupart des interventions seront diffusées en visioconférence pour permettre à un public plus large de s’intéresser aux contenus proposés et d’interagir avec les intervenants. Le festival démarre dans le Morbihan chez les habitants le 3 juillet, au Manoir de Kerboutier, à Noyal-Pontivy, pour célébrer l’initiative de Benoît Cambier en faveur de la création et de la diffusion artistiques.

Retour en arrière sur la naissance de « Paysages »

Depuis 2009, l’association gère Motten Morvan, site archéologique proche du lac de Guerlédan. Cette forteresse oubliée du VIIIe siècle est aujourd’hui idéalement située sur le nouveau tracé du GR 37 à Saint-Aignan grâce au travail des bénévoles. En 2020 et 2021, Timilin a obtenu de la DRAC l’autorisation de fouiller demandée depuis 2010.

Le festival « Paysages » a été testé à Motten Morvan pendant la pandémie pour remercier les jeunes fouilleurs bénévoles venus de toute la France, leur permettre de rencontrer les locaux, et leur donner envie de revenir. Chaque chantier archéologique est l’occasion de partager des connaissances produites localement avec les élus, les habitants et les jeunes qui viennent camper sur le site historique. Sans fouilles archéologiques, l’association TIMILIN n’a pas les moyens de faire fonctionner le chantier et de continuer à produire des connaissances en Centre-Bretagne, d’où l’idée de relocaliser les rencontres poétiques de Motten Morvan, le temps de récolter des fonds pour faire les choses différemment.

L’événement est organisé de manière nomade en Centre Bretagne pour rappeler que l’important est de savoir créer des espaces de rencontre, d’apprendre à coopérer, même sans se connaître, même sans argent, même sans lieu défini à l’avance.

Défendre l’autonomie, un parti pris festif

Chaque édition est une surprise et un succès qui favorise l’émergence de nouveaux projets, dans le Morbihan et les Côtes d’Armor, avec ce parti pris :

  • mettre en valeur la beauté de nos communes rurales et de nos paysages bretons en s’intéressant à leur histoire et à leur avenir
  • le partage des connaissances entre habitants, chercheurs, artistes, dans une ambiance simple et conviviale, car l’hospitalité est une des qualités encore cultivées en Centre Bretagne
  • ne pas dépendre de la bonne volonté des collectivités et de l’aide publique pour agir, s’impliquer, produire des connaissances et promouvoir nos actions en milieu rural à l’international.

Françoise Ramel décrit le festival comme une collection d’instants présents sous forme de voyage dans l’espace et le temps. Chaque année, un ou plusieurs invités d’honneur apportent leur soutien. Après Jean-Paul Le Bihan, archéologue, Jérôme Nédelec, auteur de romans historiques, Watson Charles, poète haïtien, et Mané Touré, productrice culturelle à Dakar, Timilin accueille Claire Artémyz à Quintin.

Cette artiste est reconnue internationalement pour la qualité de son travail photographique autour des œuvres de la Préhistoire précieusement conservées dans de prestigieux musées. L’avant-première du festival s’est déroulée du 5 au 11 juin à la Galerie d’art Le Linteau rouge à Saint-Brieuc en amont des Journées Européennes de l’Archéologie.

Une artiste brieucoise, Barbara Daeffler, a découvert par hasard l’exposition photo de Claire Artemyz et livre son témoignage.

Travailler nos idées ensemble, c’est possible

« Nous sommes tous acteurs de notre savoir, auteurs de notre histoire, souligne Françoise Ramel, présidente de Timilin, ma contribution bénévole permet de favoriser de nouvelles rencontres utiles, riches, porteuses de sens. Ce sont les participants qui font le programme, pas moi. Je veille juste à avoir une plus grande participation des femmes qu’ailleurs. J’ouvre des horizons en démontrant qu’organiser un festival avec ce format très original reste possible. Je m’appuie sur les habitants, sur la confiance, sur la connaissance mutuelle. »

La créatrice du festival Paysages voit un risque d’appauvrissement culturel et de repli à l’ère des réseaux sociaux dans l’art d’inventer des formes, ne serait-ce que pour les utiliser pour ce que nous ne sommes capables que de répéter, puis de reproduire à l’identique quand cela fonctionne. Il lui semble plus urgent de développer des liens et des espaces qui permettent aux idées, aux ressources, aux gens de voyager, de fertiliser d’autres territoires, d’apprendre au contact d’autres savoirs, que ces territoires soient des lieux géographiques ou des espaces d’invention, à deux pas de chez soi ou sur d’autres continents. L’enjeu, à ses yeux, est aussi de sortir des logiques de consommation et du formatage de la pensée dominés par les modèles urbains.

Le slogan de Timilin inventé par les jeunes à l’origine du projet est « broyer nos idées ensemble ». Avec ces rencontres régionales nomades, dont la forme et le format évoluent librement d’une édition à l’autre, la démonstration d’une coopération possible entre habitants, chercheurs, artistes en dehors de tout cadre institutionnel est déjà un résultat en soi.

Le festival Paysages est jumelé à un événement similaire dans le Sénégal rural, le festival Bideew (étoile en wolof), dont la deuxième édition aura lieu en octobre 2024. Une délégation de jeunes de 19-20 ans du Centre-Bretagne y est attendue. Voir lien vers les articles ci-dessous

Le producteur Mané Touré tisse des liens entre le Sénégal et la Bretagne | Music In Africa

Pour accéder à la programmation du festival Paysages #4, cliquez ici

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Nous avons des opportunités de reprise d’instituts partout en France » – .
NEXT Le « gaslighting » de la victoire – .