Attention au prix affiché par les résidences pour personnes âgées, voici comment elles doublent la facture – .

Attention au prix affiché par les résidences pour personnes âgées, voici comment elles doublent la facture – .
Attention au prix affiché par les résidences pour personnes âgées, voici comment elles doublent la facture – .


Une résidence senior peut paraître avantageuse par rapport à une chambre en maison de retraite, mais attention : la différence entre les prix affichés et la facture finale peut être importante.

Les résidences seniors sont une alternative intéressante aux Ehpad pour les personnes âgées encore autonomes. Elles proposent un logement privé adapté au vieillissement avec de nombreux services pour faciliter le quotidien des personnes âgées et lutter contre l’isolement. Leurs tarifs peuvent paraître attractifs, étant bien inférieurs à celui d’une chambre en Ehpad, dont le tarif médian est de 1 977 euros par mois, selon la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). Cependant, les prix affichés peuvent être trompeurs et la facture finale bien plus élevée que prévu.

Concrètement, les résidents d’une résidence seniors signent un bail d’habitation classique et non un contrat de prestation de services comme dans un Ehpad. Ils disposent d’un appartement personnel allant souvent du studio au 2 pièces, ergonomique et bien équipé. Plus la résidence compte de salariés et d’équipements, plus ces charges supplémentaires sont lourdes. Une piscine partagée, par exemple, alourdit la facture.

Par ailleurs, une enquête menée par la DGCCRF en 2021 et 2022 auprès de 256 résidences seniors a révélé de nombreuses pratiques trompeuses. 40 % des établissements inspectés n’informaient pas correctement les consommateurs sur les services proposés. Certains se présentaient faussement comme médicalisés, d’autres vantaient une fausse qualité de services. Les prix et prestations inclus manquaient souvent de transparence et de clarté. Des clauses abusives ont même été identifiées dans certains contrats, comme la possibilité de modifier unilatéralement les conditions de la prestation ou la facturation d’honoraires pour des paiements effectués par chèque service emploi.

Parmi les principaux problèmes relevés : des services à la carte très chers qui gonflent sensiblement la facture. Ménage, téléassistance, restauration, animation… Chaque service est payé au prix fort. Certains « packs » de services sont même facturés automatiquement en plus du loyer, sans que le résident puisse s’y soustraire. Chez Domitys par exemple, pour un T1, Le Particulier révèle que le loyer moyen est de 1 268 euros par mois, mais avec les différents services, la facture grimpe en moyenne à 2 320 euros, soit presque le double.

Face à ces coûts supplémentaires, il est essentiel que les intéressés insistent auprès des résidences pour connaître de manière exhaustive tous les services inclus dans le prix affiché et tous ceux facturés en supplément. Il est vraiment important de comparer. Certains établissements incluent dans leur offre de base une série d’activités quotidiennes gratuites, comme des ateliers de jardinage ou de bricolage pour stimuler les résidents et lutter contre l’ennui. Mais dans tous les cas, la plus grande vigilance est de mise pour éviter de très mauvaises surprises au moment de régler la facture.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’Autriche accélère sa transition pour réduire sa dépendance au gaz russe – .
NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet