Une meurtrière dit qu’elle est prête à quitter la prison après avoir tué ses deux fils.

Une meurtrière dit qu’elle est prête à quitter la prison après avoir tué ses deux fils.
Une meurtrière dit qu’elle est prête à quitter la prison après avoir tué ses deux fils.

Une Américaine de 52 ans estime avoir purgé suffisamment de peine de prison pour le meurtre de ses deux jeunes fils en 1994, même si elle est désormais impliquée dans des activités plutôt controversées.

La première audience de Susan Smith aura lieu le 4 novembre pour sa libération conditionnelle après près de 30 ans derrière les barreaux.

Smith était une mère de deux enfants âgée de 22 ans lorsqu’elle a décidé de faire rouler sa voiture jusqu’au lac John D. Long dans le comté d’Union, en Caroline du Sud, avec ses deux garçons, Michael, 3 ans, et Alexander, 14 mois, en remorque.

Elle se tenait près du lac et regardait le véhicule couler au fond de l’eau, noyant ses fils. On dit que la femme a agi ainsi parce qu’elle entretenait une liaison avec un homme riche qui ne voulait pas d’enfants.

Selon des sources familiales et des enregistrements d’appels de la prison de Caroline du Sud examinés par le Le New York Postla femme de 52 ans travaille dur pour avoir des « sugar daddys » prêts à financer sa vie en dehors.

La prisonnière pratique même le sexe par téléphone avec plusieurs hommes afin de les attirer. Au cours des trois dernières années, elle aurait eu des conversations romantiques et sexuelles avec une douzaine d’hommes.

Il est peu probable qu’elle parvienne à obtenir une libération conditionnelle dès sa première tentative, probablement jamais, selon plusieurs experts.

Smith a été reconnu coupable de meurtre et condamné à la prison à vie avec possibilité de libération conditionnelle après 30 ans, évitant ainsi la peine de mort.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV FortisBC ajoute automatiquement une portion de gaz naturel renouvelable à ses clients.
NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet