Le Kenya en émoi | Gaz lacrymogène et jets de pierres : les manifestants réclament le départ de Ruto – .

Le Kenya en émoi | Gaz lacrymogène et jets de pierres : les manifestants réclament le départ de Ruto – .
Le Kenya en émoi | Gaz lacrymogène et jets de pierres : les manifestants réclament le départ de Ruto – .

« …Nous n’avons pas besoin de lui sur cette chaise. »

-La police anti-émeute kenyane a tiré des gaz lacrymogènes sur des manifestants à Nairobi mardi et des manifestations ont éclaté dans d’autres villes du pays exigeant la démission du président William Ruto, après une semaine d’affrontements meurtriers lors de manifestations contre les impôts.

Des nuages ​​de gaz lacrymogène ont envahi le centre-ville de Nairobi après que des manifestants ont incendié Waiyaki Way, la route principale traversant le centre de la capitale, et jeté des pierres sur la police dans le quartier central des affaires.

En dehors de la capitale, des centaines de manifestants ont défilé dans une atmosphère houleuse à Mombasa, la deuxième ville du Kenya sur la côte de l’océan Indien, portant des feuilles de palmier, soufflant dans des klaxons en plastique et battant des tambours en scandant « Ruto doit partir ».

M. Ruto, confronté à la crise la plus grave de ses près de deux ans de présidence, est pris en étau entre les exigences des donateurs comme le Fonds monétaire international de réduire les déficits et une population assiégée par la flambée du coût de la vie.

Les membres du mouvement de protestation, qui n’a pas de direction formelle et s’organise principalement via les réseaux sociaux, ont rejeté les appels au dialogue de M. Ruto, même après qu’il ait renoncé aux augmentations d’impôts proposées qui ont déclenché les manifestations.

« Des gens meurent dans les rues et la seule chose dont il parle, c’est d’argent. Nous ne sommes pas de l’argent. Nous sommes des gens. Nous sommes des êtres humains », a déclaré à Reuters Milan Waudo, un manifestant à Mombasa. « Il doit se soucier de son peuple, car s’il n’est pas capable de le faire, nous n’avons pas besoin de lui sur cette chaise. »

D’autres manifestations ont eu lieu à Kisumu, Nakuru, Kajiado, Migori, Mlolongo et Rongo, selon des images diffusées par la télévision kenyane. Dans la ville de Migori, dans le sud-ouest du pays, des manifestants ont mis le feu à des pneus.

Des dizaines de Kenyans ont été tués lors de manifestations et d’affrontements avec la police depuis le 18 juin, la plupart d’entre eux ayant été abattus par la police mardi dernier lorsque certains manifestants ont tenté de prendre d’assaut le Parlement pour empêcher les législateurs de voter des augmentations d’impôts.

En colère contre ces décès – au moins 39 selon la Commission nationale des droits de l’homme du Kenya (KNHCR), financée par le gouvernement – ​​de nombreuses personnes appellent à la démission de M. Ruto.

J’aime ça :

J’aime chargement…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Ma pire journée sur le Tour » – .
NEXT les 3 meilleurs vidéoprojecteurs de Xgimi à prix imbattables – .