Les parents condamnés à 20 et 7 ans de prison – .

Les parents condamnés à 20 et 7 ans de prison – .
Les parents condamnés à 20 et 7 ans de prison – .

Le père et la mère d’un bébé d’un mois mort dans une caravane en 2020 après avoir subi des maltraitances ont été condamnés mardi respectivement à 20 et 7 ans de prison par la cour d’assises de l’Eure.

Condamné pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la causer contre la petite fille, ainsi que pour violences contre ses deux autres enfants aujourd’hui âgés de 7 et 5 ans, Gaëtan L., 40 ans, a également interdiction d’avoir tout contact avec eux.

La mère a été reconnue coupable de défaut de déclaration et de privation de soins ayant compromis la santé des enfants. Un mandat de dépôt a été émis. Elle retourne donc en prison après avoir été libérée en 2023, sous contrôle judiciaire.

Ecchymoses sur la jambe, le genou droit, la tempe droite

Une nuit de décembre 2020, Gaëtan L., boulanger de formation mais sans emploi au moment des faits, appelle les secours pour venir en aide à son bébé d’un mois. À leur arrivée à la caravane du couple, située sur un terrain à La Chapelle-Longueville, les secours ne parviennent pas à réanimer l’enfant, dont le corps présente « des ecchymoses sur la jambe, le genou droit, la tempe droite et une déchirure anale importante ».

La mère se trouvait au moment des faits avec l’aîné, au domicile de la tante et de l’oncle de Gaëtan L., sur le terrain desquels était stationnée la caravane, « tout en gérant des difficultés financières » après plusieurs expulsions. Le couple, désormais séparé, a perdu la garde de ses deux autres enfants en 2022.

Une mort qui « ne peut pas être accidentelle »

Lundi, la procureure générale Stéphanie Palpacuer avait requis 30 et 15 ans de prison. « La courte vie de Lucie pourrait se résumer à une tragédie : 32 jours de calvaire dans une caravane d’horreur pour une enfant qui ne peut pas parler, qui ne peut pas se défendre », avait-elle déclaré. « Lucie a été conçue à deux, brisée à deux et est morte à cause de ses deux parents. »

La mort de l’enfant, d’un traumatisme crânien qui « ne peut pas être accidentel », n’aura pas été « vaine », selon l’avocat général, elle aura au moins permis à son frère et sa sœur de « sortir de l’enfer ». Gaëtan L. avait admis lors du premier jour du procès qu’il n’avait « pas été un bon père. Je peux m’énerver si je ne prends pas le contrôle, j’ai compris en détention que la violence ne sert à rien ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV À Milwaukee, Donald Trump reçoit un accueil de héros lors de la convention républicaine – .
NEXT Le suspect était connu pour meurtre – .