Avoir une double vie amoureuse en réalité virtuelle

La bande-annonce du « Champ des possibles ».

Dupuis

La belle Marsu a tout pour elle : un mari sexy et aimant, un métier d’architecte pour lequel elle est mondialement connue… Et même si elle ne veut pas avoir d’enfants alors que son homme le fait, tous deux trouvent la solution, il imprégner leur ami gay avec l’approbation des trois.

Ce monde est peut-être trop beau pour être vrai, mais il l’est. Sauf que Marsu va rencontrer Thom, un architecte qui a créé un monde virtuel et tout est bouleversé. Elle tombera amoureuse, mais ne réalisera cette passion que dans cet univers parallèle. Le trio l’acceptera. Principalement parce que Marsu le veut.

La rencontre entre Marsu et Thom.

Dupuis

Cet album aux couleurs de l’arc-en-ciel est écrit par Véro Cazot et dessiné par Anaïs Barnabé. Le premier traitait déjà d’un monde parallèle dans la belle série « Olive » et le second avait repris haut la main le design de la série « Sasmira ». Ils se sont rencontrés sur ce projet et nous les avons rencontrés à Delémont’BD.

« J’avais pensé à un autre auteur pour cette BD, mais elle a trouvé que ce n’était pas pour elle. Elle m’a proposé Anaïs, que je ne connaissais pas, et j’en suis tombée amoureuse », raconte Véro Cazoz. « Moi aussi, même si j’étais sur un autre album, je ne pouvais pas passer à côté de cette histoire, ajoute Anaïs Barnabé. Marsu, c’est moi !

La particularité de cet album est qu’il ne présente pas les mêmes graphismes pour le monde virtuel que pour le monde réel. « Je venais de faire un rêve dans lequel je dessinais avec des crayons de couleur et je m’amusais », explique Anaïs. Je me suis dit que je devais utiliser ça pour le monde virtuel et je me suis vraiment bien amusé. Et l’album est arc-en-ciel parce que je ne sais pas comment créer des couleurs réalistes.

Le monde virtuel est entièrement dessiné aux crayons de couleur.

Dupuis

Quand on s’étonne du choix du physique de Thom, bedonnant, barbu, bien loin de la beauté orientale du mari de Marsu, Véro rit. « Vous avez la même réaction que notre rédacteur en chef, ça doit être un homme. Mais quand on tombe amoureux, ce n’est souvent pas physique ! Marsu, ça la frappe d’un coup et c’est toute une partie d’elle-même qu’elle ne pensait pas explorer, mais elle se lance.

Marsu, d’où vient ce prénom ? « Ce n’est pas à cause du Marsupilami, explique Véro, même si l’album vient de Dupuis. Non, je connais une Marie-Suzanne qui s’appelle Marsu, j’aime bien. «Je ne l’ai appris moi-même que récemment», sourit Anaïs.

Marsu dans le rôle de…Marie-Suzanne

Mais Marsu n’est-il pas un peu égoïste d’avoir les deux hommes à la fois ? « La force de cette histoire, c’est la communication », selon Vero. Les trois discutent et parviennent à un accord. L’autre ne nous appartient pas. Pourquoi serions-nous plus jaloux de l’amant de notre compagnon et non d’une passion dévorante qu’il peut avoir pour un passe-temps ?

L’histoire est évidemment une ellipse, le monde virtuel représentant un besoin, un désir, que l’on se permet d’exprimer, d’explorer. « Je crois que les femmes ont et ont eu beaucoup plus de difficulté à oser combler ces manques que les hommes en raison des pressions que la société exerce sur elles », souligne Anaïs. Mais Marsu ne choisit pas réellement, elle est plus forte qu’elle.

Une BD qui fait se poser des questions

Dans « Le Champ des Possibilités », tout est bon dans les deux mondes. « La réalité virtuelle est souvent présentée comme une dystopie, une chose négative. L’idée ici était d’en faire un monde plus doux et plus lumineux. Ce qui est sûr, c’est que l’album pose question, constate Véro. Tant mieux! Nous avons eu beaucoup de lecteurs et encore plus de lecteurs qui ont trouvé que c’était beau, mais qui ont été bouleversés ou dérangés par l’histoire. Un couple nous a raconté avoir eu par la suite des discussions qu’ils n’avaient jamais eues auparavant. En fait, Marsu agit en toute transparence, et la transparence prête à confusion.

Le champ des possibles, de Véro Cazot et Anaïs Bernabé, Ed. Dupuis, 128 pages.

Le champ des possibles, de Véro Cazot et Anaïs Bernabé, Ed. Dupuis, 128 pages.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ce que l’on sait de l’attaque au couteau par un policier près des Champs-Élysées – .
NEXT Le prix de ces nouvelles baskets Nike Killshot 2 est vertigineux – .