La Banque d’Angleterre maintient son taux directeur inchangé en pleine campagne électorale

La Banque d’Angleterre maintient son taux directeur inchangé en pleine campagne électorale
La Banque d’Angleterre maintient son taux directeur inchangé en pleine campagne électorale

La Banque d’Angleterre maintient son taux directeur inchangé en pleine campagne électorale

>> Royaume-Uni : La Banque centrale maintient son taux directeur à 5,25%

>> L’inflation britannique ralentit à 2%, objectif de la Banque d’Angleterre

La Banque d’Angleterre à Londres.
Photo : AFP/VNA/CVN

« C’est une bonne nouvelle que l’inflation soit revenue à notre objectif de 2 % » a jugé jeudi 20 juin le gouverneur de la banque centrale britannique, Andrew Bailey, mais « nous devons veiller à ce que l’inflation reste faible et c’est pourquoi nous avons décidé » laisser le taux à 5,25% “Pour l’instant”.

Comme l’attendaient les économistes, compte tenu des élections générales prévues le 4 juillet au Royaume-Uni, la banque centrale britannique a maintenu son taux directeur à son plus haut niveau depuis 2008.

Juste après l’annonce de la tenue des élections début juillet, la BoE a annulé la quasi-totalité des discours de ses membres, pour ne pas paraître vouloir influencer le résultat du vote, pour lequel le gouvernement conservateur de Rishi Sunak est loin derrière l’opposition travailliste, selon les sondages.

Dans le compte rendu de sa réunion, la BoE a toutefois assuré que “la date de l’élection n’a pas été prise en compte dans cette décision” à partir du jeudi 20 juin.

Comme pour la décision précédente, seuls deux membres du comité de politique monétaire de la BoE ont voté en faveur d’une baisse des taux, les autres membres étant favorables à son maintien.

Il s’agit du septième statu quo consécutif de l’institution. Les analystes se demandent si c’est cette dernière solution.

Décision « finement équilibré »

“Le marché considère cette annonce comme une étape vers une baisse des taux lors de la prochaine décision de la BoE.” en août, note Kathleen Brooks, analyste chez XTB.

Ruth Gregory, de Capital Economics, note que « même pour certains partisans du camp du non-changement » au sein du Comité, « la décision de juin était +finement équilibrée+» dans la mesure où l’inflation des prix des services est récemment apparue plus élevée que prévu, cela refléterait « effets ponctuels » plus que des facteurs contextuels.

Par ailleurs, le procès-verbal de la réunion indique que “Les indicateurs de persistance de l’inflation ont continué de se modérer.”

L’inflation est tombée à 2% sur un an au Royaume-Uni en mai, pour la première fois depuis trois ans.

La banque centrale britannique prévoit toujours que l’inflation «augmente légèrement au second semestre», tandis que la baisse des prix de l’énergie s’atténue, avant de retomber de manière plus durable.

Cependant, elle note qu’il reste « risques à la hausse sur les perspectives d’inflation à court terme liés au contexte géopolitique », avec la crise en Ukraine qui menace le marché de l’énergie, ainsi qu’une éventuelle extension du conflit entre Israël et le Hamas.

La BoE a également relevé ses prévisions de croissance économique au Royaume-Uni, désormais estimées à 0,5% au deuxième trimestre, soit plus que les 0,2% projetés dans son rapport de mai.

Longtemps la plus élevée des pays du G7, l’inflation britannique est désormais inférieure à celle des Etats-Unis et de la zone euro, et loin des plus de 11% atteints fin 2022, qui avait généré une forte crise du pouvoir d’achat. ROYAUME-UNI.

Plus tôt jeudi 20 juin, la Banque nationale suisse (BNS) a encore abaissé son taux directeur d’un quart de point, pour le ramener à 1,25%, face à une inflation plus faible que dans de nombreux pays.

De son côté, la Banque de Norvège a maintenu jeudi 20 juin sans surprise son taux directeur à 4,5%, et envisage de le maintenir à ce niveau jusqu’à la fin de l’année.

Plus tôt en juin, la Banque centrale européenne (BCE) a entamé son cycle de réduction des taux.

Vers 15H30 GMT (17H30 à Paris), la monnaie britannique accélérait ses pertes face au billet vert, perdant 0,35% à 1,2675 USD pour une livre.

La monnaie suisse a chuté de 0,71% face au dollar, à 0,8906 franc suisse pour un dollar.

AFP/VNA/CVN

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Que retrouve-t-on dans Capri-Sun, la boisson star des goûters pour enfants ? – .
NEXT itinéraire, relayeurs, activités… ce que l’on sait du relais dans la capitale – .