Victor Orban s’inspire du slogan de Trump pour présider l’UE

Victor Orban s’inspire du slogan de Trump pour présider l’UE
Victor Orban s’inspire du slogan de Trump pour présider l’UE

Donald Trump et Victor Orban.clé de voûte

La presse n’a pu s’empêcher de faire allusion à l’amitié entre Donald Trump et Victor Orban lors de l’annonce mardi du nouveau slogan de l’UE, qui rappelle fortement le fameux « MAGA » de l’ancien président américain.

Plus de « International »

La Hongrie, qui assume début juillet la présidence tournante de l’UE, a dévoilé mardi les grandes lignes de son programme, flanqué d’un slogan trumpien : “Make Europe Great Again”.

“Notre devise fait référence à l’idée d’une présidence active et de terrain, au fait que nous sommes plus forts ensemble, tout en respectant notre identité”, a déclaré le ministre des Affaires européennes Janos Boka, lors d’une conférence de presse à Budapest.

Interrogé sur les liens avec le mouvement MAGA (« Make America Great Again ») de l’ancien président américain, il a répondu par une plaisanterie. « À ma connaissance, Donald Trump n’a jamais voulu rendre l’Europe forte »il a plaisanté.

Le Premier ministre nationaliste Viktor Orban, qui a de nouveau rendu visite à son « ami » milliardaire en mars, est un fervent soutien du candidat républicain et espère son retour à la Maison Blanche après l’élection présidentielle de novembre.

Conflit avec Bruxelles

Outre ce slogan, le pays d’Europe centrale de 9,6 millions d’habitants a défini sept priorités, comme le renforcement de la compétitivité du bloc ou la lutte contre l’immigration clandestine, l’un des chevaux de bataille du gouvernement nationaliste.

La Hongrie avait auparavant assuré la présidence tournante au premier semestre 2011. Viktor Orban était déjà au pouvoir, mais depuis lors, les relations avec Bruxelles sont devenues encore plus tendues et les désaccords sont nombreux.

La perspective de voir le leader aux commandes suscite un malaise dans plusieurs Etats membres, en raison des dérives antidémocratiques de Budapest et de ses liens avec le Kremlin.

La Hongrie est en conflit avec Bruxelles concernant ses échecs dans la lutte contre la corruption et l’indépendance des médias. En réponse, l’UE a suspendu les milliards d’euros de fonds européens qui devaient être versés à ce pays.

Suisse dans le programme

Sur les 41 pages du programme, près d’un quart est consacré aux relations entre l’UE et la Suisse. Les deux parties sont d’importants partenaires politiques et économiques, entretenant de solides relations commerciales transfrontalières et une coopération significative en matière de recherche et d’innovation, indique le communiqué.

Actuellement, la Suisse et l’UE négocient un accord visant à redéfinir leurs relations communes. Les discussions reposent sur ce que l’on appelle une entente commune, adoptée par les deux parties.

Du point de vue de la présidence hongroise, les discussions contribuent au renforcement, à la modernisation et au développement des relations bilatérales. La Hongrie se dit prête, dans son programme, à soutenir la nouvelle phase des relations entre la Suisse et l’UE.

Aucune exception

Par ailleurs, depuis le début de l’offensive russe en Ukraine, Orban refuse d’aider militairement Kiev, impute la politique de sanctions à Moscou et continue de fustiger Bruxelles, accusée de vouloir entraîner l’Europe dans une « conflagration mondiale ».

Le Conseil de l’UE, au sein duquel les ministres des États membres débattent de la législation européenne, est présidé à tour de rôle pendant six mois par chacun des 27 pays du bloc, qui donnent ensuite l’impulsion.

Le traité UE, qui établit le principe d’une « rotation égale » entre les États membres pour cette présidence, ne prévoit aucune exception à la règle. (jch/ats)

L’actualité internationale, de jour comme de nuit, est ici :

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Nagel Par Investing.com – .
NEXT Deux incendies de forêt se déclarent à nouveau à Sept-Rivières – .