qui sera le pire ? – .

qui sera le pire ? – .
qui sera le pire ? – .

La dynamique des prochaines élections américaines est assez simple.

Les Républicains sont derrière leur homme, Trump. Ils préféreraient probablement pouvoir compter sur un autre champion, mais Trump exerce un fort attrait auprès d’une grande partie de leurs électeurs. Il n’est pas conservateur… mais les électeurs républicains ne le sont pas non plus.

Les démocrates sont derrière leur homme, Biden. Eux aussi préféreraient avoir un autre ambassadeur. Mais pour le meilleur ou pour le pire, Biden est tout ce qu’ils ont.

Trump ressemble à un escroc. Biden, d’un vieil imbécile.

La presse n’hésite pas à tenter de ridiculiser les uns ou les autres, en immortalisant des instants où leur vieillesse apparaît comme une évidence.

LE Télégraphe rapports:

Lors du sommet du G7 qui s’est tenu cette semaine en Italie, [Biden] s’est distancié des autres lors d’une séance photo avec les dirigeants du monde. Alors que le président, une fois de plus complètement figé, tournait dans la mauvaise direction, la Première ministre italienne Georgia Meloni est intervenue pour le ramener dans la direction du photographe. Certains trouveront peut-être cruel de pointer du doigt ces faiblesses évidentes, mais il serait encore plus cruel de le laisser se présenter à nouveau dans son état actuel.

LE Miroir répondre:

Dans une vidéo embarrassante, Donald Trump s’accroche à la rampe pour éviter de tomber alors qu’il descend les escaliers.

Les deux hommes sont trop vieux. Ni l’un ni l’autre n’ont une idée claire de la direction que devrait prendre le pays, ni du programme le plus cohérent pour y parvenir. Ni l’un ni l’autre n’est sympathique ou charismatique. Ni l’un ni l’autre ne semble très intelligent. Ni l’un ni l’autre n’a le sens de l’histoire… ni de solides connaissances en économie. Ni l’un ni l’autre n’est apte à relever le défi de la Maison Blanche.

Mais tous deux sont parfaits pour incarner l’enjeu politique majeur : conduire les États-Unis au rendez-vous de la catastrophe. Les grands empires naissent… et tombent. Le moment venu, les dirigeants doivent relever le défi. La corruption et les dysfonctionnements s’aggravent. Ils ne devraient pas s’y opposer. On peut dire que ces patients gériatriques correspondent exactement à ce dont l’histoire a besoin.

Nous sympathisons avec Biden. Après tout, il n’est pas beaucoup plus âgé que nous. Mais il y a un temps pour diriger, et un temps pour laisser les autres diriger. Après avoir visionné quelques vidéos de Biden, qui semble être complètement ailleurs, on a l’impression que les démocrates vont probablement tenter un tour de passe-passe avant l’élection. À ce stade, Biden représente plus un handicap pour eux qu’autre chose.

Mais les électeurs démocrates veulent simplement qu’il gagne, soit parce qu’ils se méfient de Trump… soit parce qu’ils veulent voir le programme des élites se poursuivre sans interruption.

Un vrai leader

Un vrai leader aurait des idées originales. Il suggérerait de nouvelles approches. Il proposerait des solutions aux problèmes de la Nation. Il pourrait aller à une réunion et dire “Voici ce que je pense que nous devrions faire.” Même si nous n’avons jamais rencontré Joe Biden, nous avons du mal à l’imaginer faire cela.

Joe Biden, l’homme, n’est qu’un personnage… un substitut. Nous n’avons jamais entendu sortir de sa bouche une pensée originale, ni un point de vue digne de mémoire. Au lieu de cela, sa pensée n’est que du bla-bla répété longuement, s’en tenant à tous les points de discussion suggérés par ses manipulateurs.

Après 50 ans de bla-bla, Biden y parvient sans réfléchir. Il peut s’en tirer sans problème lors de débats présidentiels, par exemple « une bataille d’esprit entre deux adversaires non armés », où aucune pensée honnête n’est autorisée. Mais parfois, quelque chose d’inattendu se produit et il faut réfléchir ; un de ces moments viendra tôt ou tard…

Et si nous avons raison, les initiés du Parti démocrate ne voudront pas que Biden, l’homme, gêne Biden, l’imposture. Ils doivent donc être à la recherche d’un remplaçant relativement obscur et vaguement présentable qui maintiendra l’arnaque sans trébucher sur les marches.

Ils n’ont pas à s’inquiéter. Donald Trump avait quatre ans pour « assécher le marais » et équilibrer le budget. Au lieu de cela, le marais est devenu plus profond que jamais… et le budget n’a jamais été aussi déséquilibré. Aucune agence, aucun ministère, aucun programme n’a été fermé. Pas un dollar de dépenses n’a été réduit.

Donald a réduit les impôts (une réduction que les démocrates conservent désormais) mais n’a rien fait pour diminuer le pouvoir ou la richesse de la cité impériale.

Au moins Trump est ce qu’il semble être : un salaud. Il a soif d’attention et de pouvoir… mais ne sait pas quoi en faire. Aucune idéologie. Aucune philosophie. Pas d’idée. C’est ce qui le rend acceptable, du point de vue mégapolitique, aux élites des deux partis : il n’a pas d’idées qui les gênent.

Oui, cher lecteur, les deux candidats sont des imposteurs corrompus. On promet encore la même chose. L’autre promet quelque chose de différent. Mais tous deux, volontairement ou involontairement, continueront à faire la même chose – plus de guerres à l’étranger, plus de dépenses intérieures – en transférant encore plus d’argent et de pouvoir aux principaux lobbies d’élite.

Le marché boursier semble sain. Le PIB est positif. Le chômage est faible.

Et les racines pourrissent.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La police britannique recherche un homme armé d’une arbalète – .
NEXT La police britannique recherche un homme armé d’une arbalète – .