que coûterait la victoire de Bardella et du RN à l’économie française ? – .

que coûterait la victoire de Bardella et du RN à l’économie française ? – .
que coûterait la victoire de Bardella et du RN à l’économie française ? – .

C’est l’une des questions qui vont bousculer la campagne : une victoire du Rassemblement national aux législatives de 2024 mettra-t-elle l’économie française à genoux ? Si l’on en croit les premières analyses deRecherche Allianz, l’arrivée au pouvoir de Jordan Bardella et l’application de son programme économique réduiraient la croissance de 0,3 point en 2025 (à 1 %). La dette publique atteindrait 114,6% de la richesse annuelle produite (+2 points par rapport aux prévisions d’Allianz) tandis que le déficit public s’établirait à 5,8% du PIB (+1,3). D’ici 2026, elle atteindrait même 6,4 % du PIB à 199 milliards d’euros et le ratio dette/PIB dépasserait 117 %.

Les mesures phares du RN coûteraient au contribuable environ 70 milliards d’euros. Dans le détail, les dépenses liées au retour à la retraite à 60 ans coûteraient 17 milliards. L’exonération d’impôt sur le revenu pour les moins de 30 ans est estimée à 3,7 milliards. La hausse de 10 % des salaires jusqu’à 3 Smic exonérés de cotisations patronales coûterait 10,5 milliards, une mesure qui pourrait par ailleurs rater son objectif, comme l’estime l’économiste Stéphane Carcillo (OCDE). La nationalisation des autoroutes est estimée à 40-50 milliards. Au total, les dépenses se situeraient entre 114 et 124 milliards d’euros selon Allianz.

Lire aussi« Irréaliste, inefficace et fallacieux » : dix économistes alertent sur le projet de Jordan Bardella et du RN

Hors retour des routes au domaine public, les dépenses s’élèvent à 74 milliards. Cette mesure était prévue dans le programme économique de Marine Le Pen lors de la présidentielle de 2022. Reste à savoir si elle sera maintenue.

Les estimations des économistes d’Allianz concernant le programme économique du RN. Crédit : Recherche Allianz

Pas de quoi en tout cas éviter un déficit budgétaire pour le programme RN. Car en revanche, la trésorerie liée aux réformes promises est estimée au mieux à 54 milliards d’euros. Les économies liées à l’immigration – et notamment sur l’aide médicale universelle – sont par exemple estimées à 16 milliards.

Les économistes d’Allianz prennent également en compte le coût du crédit, qui monterait en flèche. “Dans ce scénario (celui d’une victoire de Bardella, NDLR)nous prévoyons que les taux d’intérêt augmenteront jusqu’à 3,5 % en 2025 et resteront supérieurs à 3 % en 2026, les marchés financiers réagissant négativement aux coûts budgétaires.

Les obligations d’État à 10 ans s’élargiraient de +50 points de base. “Ce serait probablement une réaction aux risques accrus de dérapages budgétaires et à l’augmentation des tensions intra-européennes”, estime Recherche Allianz. Les économistes notent toutefois qu’il ne faut pas sous-estimer le soutien de la Banque centrale européenne pour calmer les marchés. Les marchés boursiers pourraient dérailler de 10 %.

Lire aussiElection législatives 2024 : raz-de-marée de députés RN en vue à l’Assemblée

Si le scénario de l’extrême droite au pouvoir se confirme dans les urnes, les économistes estiment que son exercice ne devrait pas durer. Recherche Allianz envisage l’arrivée d’un gouvernement technocratique après le renversement de Bardella à l’Assemblée nationale suite à une motion de censure. L’élection d’un « sage », comme Mario Draghi en Italie, est envisagée. Ce scénario limiterait les dérapages des comptes publics. Les perspectives de croissance seraient peu affectées, mais le déficit public resterait proche de 5% du PIB. “Les efforts de consolidation budgétaire et les réformes structurelles seraient au point mort et il n’y aurait pas grand-chose à attendre sur le front de la politique économique”, estiment-ils.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La NASA intéressée par les pneus lunaires Michelin testés sur un volcan français – .
NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet