“Tant que nous terminons premier et deuxième, peu importe qui gagne !” – .

“Tant que nous terminons premier et deuxième, peu importe qui gagne !” – .
“Tant que nous terminons premier et deuxième, peu importe qui gagne !” – .

C’était court. Mais très intense ! Raccourcie à cause de la neige sur les sommets, la grande étape de montagne du Tour de Suisse a été réduite à… 42 kilomètres. Avec un profil long… 34 milles de descente, avant la montée finale vers Blatten-Belalp. Mais que les journées soient longues ou courtes sur ce Tour de Suisse, le même scénario se produit : les Émirats arabes unis dominent la course. Ils crient sur leurs adversaires. Le maillot jaune Adam Yates a lui-même enflammé la scène à un peu plus de trois kilomètres de l’arrivée. S’il n’a pas cette fois creusé un écart significatif, seul son équipier Joao Almeida a pu revenir sur lui. Le Portugais a gagné et compte 27 secondes de retard sur Adam Yates avant le dernier week-end.

Egan Bernal, chronométré à un peu moins d’une minute et demie, est le seul coureur classé en dessous de deux minutes. Autant dire que le duo émirati a de la marge. “C’était vraiment le scénario idéal pour nous, avec cette attaque d’Adamsourit Almeida. J’ai contrôlé derrière Skjelmose, avant de faire seul la bifurcation. Quand nous sommes premier et deuxième, peu importe qui gagne, nous sommes tous les deux heureux.

Comme Pogacar doit voir ses lieutenants monter en puissance en vue du Tour…

En difficulté ces derniers jours, Cian Uijtdebroeks n’a pas digéré cette courte étape et a perdu sa place dans le top 10. Ce qui était prévisible, puisqu’il avait annoncé manquer de punch et redouter cette étape de 40 milles.

Philipsen plein de confiance avant le Tour de France

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Pourquoi Tesla augmente le prix de son modèle 3 – .
NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet