Janson Baker était bien dans le véhicule

La Couronne et la défense sont parvenues à une entente dans le cadre d’un procès pour tentative de meurtre où Janson Bryan Baker est assis sur le banc des accusés. Un exposé conjoint des faits a été remis au juge Richard Petrie mercredi matin.

Le document dont Acadie Nouvelle a obtenu copie indique que les parties s’entendent sur le fait que Janson Baker était au volant d’une Hyundai Elantra 2020 noire, qui se trouvait sur la propriété de l’école secondaire Riverview, le 5 janvier 2021, que M. Baker a rapproché le véhicule de Christopher Leger et Joshua Hebb, les a menacés et a pointé dans leur direction un fusil de chasse de calibre 12 au canon coupé, que les plombs émanant de l’arme ont touché M. Léger et que M. Baker a ensuite quitté les lieux avant d’être repéré à Amherst, en Nouvelle-Écosse, le 6 janvier.

La police d’Amherst a repéré le véhicule le même jour et selon l’analyse d’un expert, les empreintes digitales de Janson Baker figuraient dessus.

Plusieurs éléments de preuve ont également été saisis, dont le téléphone portable de l’accusé, un sac de sport rouge, un fusil de chasse et des munitions.

La Couronne et la défense conviennent également que M. Baker a été identifié dans diverses vidéos où on peut le voir au restaurant McDonald à Shediac, dans le stationnement d’un Canadian Tire à Dieppe et à une station-service Shell à Moncton. Tous ces enregistrements datent du 5 janvier 2021, soit avant les incidents survenus à Riverview High.

Les parties conviennent également que ledit incident au cours duquel l’enseignant a été abattu a été capté par les caméras de l’école et que le véhicule que conduisait M. Baker était également sans plaque d’immatriculation dans une vidéo provenant d’une caméra de surveillance d’un véhicule privé circulant sur l’autoroute.

Lundi, au début du procès, Janson Baker a plaidé non coupable des seize chefs d’accusation qui lui sont reprochés. Son avocat, Me Alex Pate, a cependant évoqué des « aveux substantiels » qui pourraient réduire considérablement le nombre de jours passés au tribunal. Il a déclaré vouloir faire appel à l’expertise d’un psychiatre légiste et a suggéré que son client était peut-être trop ivre pour être responsable des actes qui lui sont reprochés.

Mardi, le juge Richard Petrie a accepté d’ajourner le procès peu après 10 heures du matin afin que les parties puissent travailler sur l’exposé conjoint des faits.

Après que le document ait été rendu au juge mercredi matin, M. Pate a reconnu les imprévus de dernière minute qu’il a ajoutés au procès, dont la date de début a déjà connu des retards de plusieurs mois, mais a souligné l’importance du psychiatre judiciaire.

Le fusil de chasse et le sac polochon rouge saisis par la police à Amherst, en Nouvelle-Écosse, le 6 janvier 2021. – Capture d’écran de l’énoncé conjoint des faits

Janson Baker attend sa commande au restaurant McDonald's de Shediac. - Capture d'écran de l'énoncé conjoint des faits

Janson Baker attend sa commande au restaurant McDonald’s de Shediac. – Capture d’écran de l’exposé conjoint des faits

Interaction dans un parking et vol de véhicule

Après que les détails de l’entente entre la défense et la Couronne aient été révélés, deux témoins ont été appelés pour partager leurs souvenirs des 4 et 5 janvier 2021.

Claude LeBlanc travaillait alors au Canadian Tire de Dieppe. Le 5 janvier, en début d’après-midi, alors qu’il arrivait au stationnement après son dîner, il raconte avoir eu une conversation cordiale avec un individu qui l’avait complimenté sur sa voiture.

« Il m’a dit : ‘Oh ! C’est un très beau véhicule pour quelqu’un qui travaille chez Canadian Tire », a rappelé M. LeBlanc. C’était une personne très gentille.

L’individu était, selon le témoin, entre la fin de la vingtaine et le début de la trentaine, avec des tatouages ​​​​au visage et portant un chapeau. Le comportement de l’homme avec qui il avait échangé quelques mots était « tout à fait normal » et il ne semblait ni ivre ni arrogant, a déclaré M. LeBlanc, qui a dit avoir reconnu Janson Baker comme la personne avec qui il avait discuté.

Le deuxième témoin appelé à la barre, Praveen Sharma, s’est fait voler sa Hyundai Elantra 2020 le matin du 4 janvier 2021, devant sa résidence à Dieppe.

M. Sharma a déneigé sa voiture, a démarré le moteur pour aider à dégivrer les vitres, avant de rentrer quelques instants chez lui.

“J’ai bu une gorgée d’eau et quand je suis ressorti, la voiture était en marche arrière”, a-t-il déclaré.

Quelqu’un partait avec la voiture dans laquelle se trouvaient son ordinateur, son téléphone et son portefeuille.

Le témoin a indiqué que sa Hyundai Elantra a démarré avec un bouton et non en tournant une clé dans le contact. Bien qu’il soit possible d’utiliser le véhicule en marche sans avoir la clé d’accès (porte-clés qui sert de télécommande), il n’est pas possible de le démarrer lorsqu’il est éteint.

Dans l’énoncé conjoint des faits, il est indiqué que selon l’analyse par la GRC du téléphone cellulaire de M. Baker, qui avait été saisi à Amherst, l’historique du navigateur révèle une recherche d’information sur la façon de reprogrammer la clé d’accès d’une Hyundai Elantra 2020. .

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Eric Ciotti n’a « aucun regret » après son projet d’alliance avec le RN
NEXT qui est sa femme Rima Edbouche ? – Plus proche – .