La contrebande d’or africaine « se développe » selon une ONG suisse

La contrebande d’or africaine « se développe » selon une ONG suisse
La contrebande d’or africaine « se développe » selon une ONG suisse

Plusieurs centaines de tonnes d’or quittent chaque année le continent africain à destination de Dubaï, sans avoir été déclarées, avant d’être légalement réexportées vers d’autres pays, dénonce l’ONG suisse Swissaid dans un rapport publié jeudi.

Dans ce rapport intitulé « Sur les traces de l’or africain »Swissaid déclare que“entre 321 et 474 tonnes d’or artisanal” sont exportés chaque année “en contrebande” d’Afrique, représentant “entre 24 et 35 milliards de dollars”.

Selon l’ONG, le phénomène de contrebande d’or africain s’accroît depuis qu’il a « plus que doublé entre 2012 et 2022 ».

L’Afrique est le premier continent producteur d’or au monde, avec le Ghana, l’Afrique du Sud, le Mali et le Burkina Faso en tête de la production.

L’or joue un rôle déterminant dans les économies africaines, tant « Source de revenus pour des millions de mineurs artisanaux », « principale Source de revenus pour de nombreux États »mais aussi « outil de financement des groupes armés » Et « provoque de graves violations des droits de l’homme et une dégradation de l’environnement »souligne Swissaid.

L’ONG met en avant le rôle de Dubaï, « plaque tournante internationale du commerce de l’or » à partir duquel « L’or africain va dans différents pays » dont la Suisse.

L’ONG estime qu’en 2022, plus de « 66 % de l’or importé d’Afrique aux Émirats arabes unis était sorti clandestinement de pays africains ».

L’or arrive par avion à Dubaï, « en bagage à main ou en soute, sur des vols réguliers ou en jet privé ».

La ville, surnommée “La Cité d’Or”abrite de nombreuses raffineries d’or et plusieurs milliers de négociants en métaux et pierres précieuses.

De là, l’or africain est acheminé principalement vers la Suisse, « deuxième importateur d’or africain après les Émirats »mais aussi vers l’Inde.

La législation suisse fait du dernier lieu de traitement de l’or son lieu d’origine, de sorte que l’or arrivant en Suisse ne soit pas identifié comme provenant d’Afrique, explique le rapport.

L’étude de Swissaid couvre une période de onze ans, de 2012 à 2022, à partir de données statistiques collectées auprès de 54 pays africains, notamment en croisant les données de production d’or et celles des exportations et importations officielles.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ex-femme, sécurité sociale, carte de stationnement… Ce que l’on sait des trois affaires visant Éric Ciotti
NEXT le 4ème Rock Fest Moussangeles est à la hauteur de l’événement