une enquête indépendante réclamée sur la mort de Normand Meunier

une enquête indépendante réclamée sur la mort de Normand Meunier
une enquête indépendante réclamée sur la mort de Normand Meunier

Les trois partis d’opposition à l’Assemblée nationale ont réclamé mercredi une enquête indépendante sur le décès de Normand Meunier, cet homme tétraplégique qui s’est résigné à demander l’aide à mourir en raison d’escarres développées après avoir passé 96 heures sur une civière non adaptée à son état. à l’Hôpital de Saint-Jérôme.

Accompagnés du conjoint du défunt, des représentants du Parti libéral, de Québec solidaire et du Parti québécois ont voulu interpeller le gouvernement pour s’assurer que le décès de M. Meunier n’ait pas été « vain ».

« Ce qui s’est passé là-bas est vraiment dommage ! C’est absolument honteux dans une société comme la nôtre », a déclaré le député solidaire Vincent Marissal.

« L’aide médicale à mourir […] cela n’a jamais été un substitut parce qu’il n’y a pas de soins au Québec. Cela n’a jamais été une idée”, a-t-il ajouté.

Ce dernier s’est dit insatisfait de l’enquête lancée par le CISSS des Laurentides, puisqu’il estime que c’est ce CISSS qui est responsable de ce « fiasco ».

De son côté, la députée PLQ Elisabeth Prass a souligné que non seulement le décès de M. Meunier aurait pu être évité, mais aussi qu’il existe d’autres histoires de ce genre dans le système de santé québécois.

Elle juge inacceptable qu’il n’y ait pas de matelas adaptés dans toutes les urgences de la province, ni de personnel pour déplacer les patients comme Normand Meunier afin d’éviter qu’ils développent des escarres.

« Au Québec, en 2024, retourner à l’hôpital pour soigner une maladie et repartir avec une autre qui amène une personne à demander l’aide médicale à mourir […] C’est vraiment tragique pour tout le Québec», a-t-elle déclaré.

Le député péquiste Joël Arseneau souhaite que l’enquête indépendante fasse la lumière sur le décès de M. Meunier, mais ne se limite pas à ce cas précis.

“Il y a un fossé béant et ce que nous voulons savoir, à travers une enquête indépendante, ce sont évidemment les circonstances qui ont conduit à ce drame, mais plus généralement (c’est) pouvoir porter un regard sur le continuum de soins, non seulement à l’hôpital de Saint-Jérôme, mais pour qu’on puisse aussi voir si ce n’est que la pointe de l’iceberg», a-t-il expliqué.

« Au Québec, lorsqu’il s’agit de traiter les personnes ayant des limitations […] reçoivent-ils des soins appropriés ? Peut-on parler de maltraitance institutionnelle de manière très anecdotique ou au contraire, y a-t-il des cas comme celui-là qui peuvent survenir au moment où nous parlons », a ajouté l’élu.

Des excuses officielles exigées

Les partis d’opposition déplorent la réponse vague du ministre de la Santé à leur demande d’enquête indépendante.

Ils exigent également que le gouvernement présente des excuses officielles à la veuve de M. Meunier, Sylvie Brosseau.

Cette dernière s’est d’ailleurs exprimée lors du point presse de mercredi, estimant qu’elle doit « mener ce combat » en mémoire de son défunt conjoint.

«J’espère que tout ce que Normand a subi ne sera pas vain», a-t-elle déclaré en larmes.

Mme Brosseau appelle la population à se mobiliser pour venir en aide aux personnes handicapées.

« Il est certain qu’il y a d’autres personnes qui sont actuellement très malades dans les hôpitaux et qui ne reçoivent pas les soins appropriés. Nous devons nous en occuper. Il faut prendre ça au sérieux, il faut prendre le temps, il faut les écouter, il faut les soutenir et ne pas les laisser seuls dans leur coin en disant : ça va passer. Ce n’est pas vrai, ça ne marche pas », a-t-elle ajouté.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV UN ACCOMPAGNEMENT DU POUVOIR D’ACHAT
NEXT retour sur deux années de détention « inhumaine »