le prix de la redevance va presque doubler à St-Georges-du-Vièvre

le prix de la redevance va presque doubler à St-Georges-du-Vièvre
le prix de la redevance va presque doubler à St-Georges-du-Vièvre

Par

François Lefebvre

Publié le

29 mai 2024 à 16h30

Voir mon actualité
Suivez Le Réveil de Pont-Audemer

Du 1 janvier 2025le prix de traitement de l’eau va presque doubler en 2025 Saint Georges du Vièvre près de Pont-Audemer dans leEure. Mardi 21 mai 2024, Conseil municipal a dû accepter cette augmentation significative pour maintenir un budget équilibré. Le prix passera de 2,35 € par m3 d’eaux usées à 4,57 €. La hausse est sévère et n’avait pas été anticipée à ce niveau, loin des 25 à 30 centimes annoncés lors de la réunion sur l’assainissement du 28 mars 2024.

Travaux de mise en conformité, intérêts d’emprunt, entretien ainsi que fonctionnement de la station d’épuration pèsent lourd, bien plus que ce que la municipalité et ses agence de graphisme, IRH. Au point de générer un déficit de 34 200 € au budget annexe assainissement.

Les revenus ne suffisent plus, d’autant plus qu’ils diminuent d’année en année. “C’est normal, les habitants font attention à leur consommation et installent des collecteurs d’eau”, explique Le maire Jean-Claude Quesnot. « Ce n’est pas léger », poursuit l’édile devant des conseillers sérieux, qui ne peuvent qu’observer la situation. “Avons-nous le choix? », s’opposent les élus.

» On a toujours essayé de ne pas augmenter… Il y a des gens en face… C’est ce qu’on a fait avec la cantine. Dans ce cas, peut-être pourrions-nous lisser le problème sur deux ans ? », hasarde le premier magistrat avant de se raviser.

Jean-Claude Quesnot, maire de Saint-Georges-du-Vièvre

« Il fallait s’en douter compte tenu du travail que nous avons entrepris… »estimé Étienne LerouxLE premier adjoint. « Et encore une fois, nous avons réduit les dépenses au minimum. J’ai peur que nous soyons confrontés à d’autres factures : une augmentation d’électricité ou une machine qui tombe en panne. » Un devis qui approche les 6 000 € devrait également être adressé à la commune comme on l’apprend Jean-Claude Quesnot. Le dossier du déficit n’est donc pas totalement bouclé.

A terme, le transfert vers la comcom

C’est un choix celui de Saint Georges du Vièvre. La municipalité a absolument insisté sur le matériel de transmission en bon état, avant le transfert de compétences en assainissement à la communauté de communes Lieuvin Pays d’AugeLE 1 janvier 2026. Cela entraîne un coût supplémentaire. Il ne fait aucun doute que les conseillers voulaient également s’assurer que les investissements soient effectués alors qu’ils étaient les seuls décideurs.

De plus, toutes les stations d’épuration des eaux usées Lieuvin Pays d’Auge n’ont pas le même niveau de conformité. De même, il faudra veiller à ce qu’après le transfert à la comcom, les habitants de Saint-Georges ne payent pas une seconde fois des frais de modernisation pour les équipements voisins.

Vidéos : actuellement sur -

Taxe de raccordement : majorée de 50%

Le prix de raccordement à l’égout a également été révisé à la hausse. Et la facture ne fera qu’alourdir dans les années à venir.

Nous avons longtemps facturé 850 € mais ensuite nous nous sommes emportés. Nous demandons actuellement 1 000 € alors qu’il y en a plus de 3 000 à 3 500 €.

Jean-Claude Quesnot, maire de Saint-Georges-du-Vièvre

Le prix de revient des travaux n’a fait qu’augmenter en raison normes. « Il faut dépenser quelques centaines d’euros chaque année pour se rapprocher du prix réel », suggère le maire. À contrecœur, les conseillers ont opté pour une augmentation de 50 %. UN emballer de 1 500 € applicable à compter de la date du conseil, le 21 mai 2024, pour les nouvelles demandes de permis.

Un diagnostic désormais obligatoire

Les mauvaises nouvelles n’arrivent jamais seules. Outre le frais de connexion et le prix du traitement des eaux uséesun nouveau diagnostique sera tenu de Saint Georges du Vièvre dans le cadre de la vente d’un bien immobilier. Désormais, ce sera aux vendeurs de connaître l’état duassainissement collectif dans les parties privatives de sa propriété.

Ce diagnostic donne lieu à une attestation, document de plus en plus demandé par les notaires comme le constate Jean-Claude Quesnot. Cependant, ce n’est pas formellement obligatoire. Les communes ont le pouvoir de l’imposer par décret et peuvent pour ce faire désigner une entreprise agréée.

“Le réseau étant désormais conforme, l’idée est de faire en sorte que cela continue”, a argumenté le premier magistrat. L’assemblée municipale a choisi leCompagnie Aér-eau, le prestataire qui assure la maintenance de la station. Il appliquera un forfait de 169 €. C’est le prix qu’il faudra payer si un résident souhaite vendre un terrain bâti.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Zwei Todesopfer, elfe Verletzte – Actualités – .
NEXT Sarah Knafo (Reconquest) laisse un message en direct à Jordan Bardella