la gauche (mais pas seulement) dénonce une sanction « disproportionnée » contre Sébastien Delogu

la gauche (mais pas seulement) dénonce une sanction « disproportionnée » contre Sébastien Delogu
la gauche (mais pas seulement) dénonce une sanction « disproportionnée » contre Sébastien Delogu

La lecture de ce contenu peut entraîner le dépôt de cookies par l’opérateur tiers qui l’héberge. Compte tenu des choix que vous avez exprimés concernant le dépôt de cookies, nous avons bloqué l’affichage de ce contenu. Si vous souhaitez y accéder, vous devez accepter la catégorie de cookies « Contenu tiers » en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

POLITIQUE – Trop payé. Les élus de gauche s’accordent à dire que la sanction décidée contre Sébastien Delogu est « disproportionné « . L’élu insoumis a brandi un drapeau palestinien dans l’hémicycle lors des questions au gouvernement le 28 mai, le Bureau de l’Assemblée s’est alors réuni en urgence et a voté la sanction la plus lourde : la censure avec exclusion temporaire.

Une peine jugée » disproportionné » à l’unanimité à gauche, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de l’article. Surtout au vu du « jurisprudence » : « Généralement il ne s’agit pas de quinze jours d’exclusion pour cela », a déclaré Raphaël Glucksmann, tête de liste socialiste sur TF1 le 29 mai.

Son adversaire communiste aux élections européennes rappelle également que la dernière fois qu’une telle sanction a été donnée, c’était au député RN Grégoire de Fournas pour avoir crié « qu’il retourne en Afrique » : « Je ne pense pas que nous soyons dans cet ordre », a fait valoir Léon Deffontaines sur LCI, ajoutant que « Les députés ont tendance à être plus offensés par ce drapeau palestinien que par ce qui se passe aujourd’hui en Palestine.

La vice-présidente socialiste Valérie Rabault a également regretté que l’Assemblée nationale a dû consacrer plus d’une heure à décider de sanctionner un drapeau palestinien brandi en séance, alors que la gravité de la situation est ailleurs.

La lecture de ce contenu peut entraîner le dépôt de cookies par l’opérateur tiers qui l’héberge. Compte tenu des choix que vous avez exprimés concernant le dépôt de cookies, nous avons bloqué l’affichage de ce contenu. Si vous souhaitez y accéder, vous devez accepter la catégorie de cookies « Contenu tiers » en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

L’élue socialiste, membre du bureau, s’est opposée à la sanction maximale contre Sébastien Delogu et l’a expliqué dans son tweet : “Un précédent a eu lieu le 20 février 2019 lorsqu’un drapeau portant l’inscription “La France tue au Yémen” a été brandi par un ancien député LREM”, elle a pris comme référence. Le député en question, Sébastien Nadot, a alors écopé d’une sanction bien moins sévère : un rappel au règlement avec inscription au procès-verbal.

Hors de la gauche, la députée Horizons Naïma Moutchou, également vice-présidente de l’Assemblée, juge également que la peine est trop sévère. ” Son comportement est répréhensible, le geste est politique et controversé mais il n’y a aucun acte de violence. Une simple censure semble plus proportionnée. elle a expliqué à Figarocroyant que c’est le « crédibilité » de l’Assemblée qui est en jeu par ce type de sanction.

Voir aussi sur Le HuffPost :

La lecture de ce contenu peut entraîner le dépôt de cookies par l’opérateur tiers qui l’héberge. Compte tenu des choix que vous avez exprimés concernant le dépôt de cookies, nous avons bloqué l’affichage de ce contenu. Si vous souhaitez y accéder, vous devez accepter la catégorie de cookies « Contenu tiers » en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Une interview vertieft die Gräben – .