La NASA dévoile un moteur à plasma pour atteindre Mars en seulement trois mois

La NASA dévoile un moteur à plasma pour atteindre Mars en seulement trois mois
La NASA dévoile un moteur à plasma pour atteindre Mars en seulement trois mois
© Industries Howe

La NASA, Howe Industries, développe une nouvelle fusée destinée à faciliter grandement les voyages vers Mars. Ce projet, baptisé fusée à plasma pulsé, pourrait réduire de plusieurs mois la durée des allers-retours vers Mars. Les distances entre Mars et la Terre varient considérablement, allant de 55,8 millions de km à 400,4 millions de km, selon leur position orbitale autour du Soleil.

Poussée et vitesse sans précédent

Les spécifications techniques de la fusée à plasma pulsé (PPR) sont impressionnantes. Avec une poussée de 100 000 N (73 756 lbf) et une vitesse potentielle de 800 000 km/h, cette technologie pourrait réduire considérablement le temps de trajet vers Mars. Actuellement, un aller-retour vers la Planète rouge prend environ deux ans : neuf mois aller, trois mois d’attente pour l’alignement optimal des planètes, puis neuf mois retour. Grâce à PPR, Howe Industries et la NASA estiment que ce voyage pourrait être réduit à sept mois seulement.

L’efficacité énergétique est un autre atout majeur de PPR. Avec une impulsion spécifique de 5 000, cette fusée serait bien plus efficace que les technologies actuelles. A titre de comparaison, les fusées de SpaceX, comme le Starship, ont une impulsion spécifique de 327 au niveau de la mer et de 380 dans le vide de l’espace. Une impulsion spécifique plus élevée signifie une meilleure utilisation du carburant, permettant des trajets plus longs avec une charge de carburant réduite.

Les 100 000 N de poussée pourraient propulser la fusée à une vitesse de 800 000 km/h. Cependant, contrairement au Starship de SpaceX, le PPR ne peut pas laisser l’atmosphère terrestre tranquille. Il faudra qu’elle soit lancée par une autre fusée avant de pouvoir montrer son potentiel dans l’espace.

© Industries Howe

Une technologie complexe mais efficace

Le fonctionnement du PPR repose sur l’ionisation d’un gaz pour créer un plasma. L’énergie électrique est ensuite déchargée rapidement dans ce plasma, générant des sursauts intenses et brefs. Un champ électromagnétique est utilisé pour accélérer le plasma à travers une buse magnétique, produisant ainsi une poussée. Ce mode de propulsion permet de générer une grande puissance sans consommer une quantité excessive de carburant.

Doté d’un réacteur à fission intégré, le PPR pourrait théoriquement propulser des navires plus lourds et mieux protégés contre les rayonnements cosmiques et les débris spatiaux. Cette protection accrue est cruciale pour les missions habitées vers Mars, où les astronautes seront exposés à des niveaux élevés de rayonnement.

La capacité de transporter des charges plus lourdes signifie également que les missions pourraient inclure davantage de provisions, d’équipements scientifiques et de matériaux de construction pour établir des bases sur Mars.

Applications pratiques et avantages pour l’exploration martienne

Outre sa vitesse de pointe potentiellement stupéfiante de 800 000 km/h, les avantages d’un moteur à impulsion par rapport à une fusée conventionnelle dans l’espace incluent l’hyperefficacité, un contrôle précis de la poussée pour les manœuvres spatiales, une réduction de la charge utile en carburant et une gestion thermique. Comme l’effet pulsé produit moins de chaleur, ses composants ne doivent pas s’user trop rapidement.

Le développement du PPR marque une avancée significative dans la technologie de propulsion spatiale. Initialement basé sur le concept de fusion par fission pulsée (PuFF), le PPR a été modifié pour être plus économique, plus compact et plus simple à utiliser. Cette adaptation rend la technologie plus accessible pour les missions interplanétaires.

L’étude de phase I du programme NIAC (NASA Innovative Advanced Concepts) se concentre sur la conception de grands navires lourdement blindés destinés au transport de personnes et de marchandises vers Mars. L’objectif est de développer une base martienne, étape indispensable pour une présence humaine durable sur la planète rouge. De plus, on ne peut pas imaginer tout ce que les astronautes endurent après un voyage dans l’espace.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Mélenchon indique que la tâche incombe « aux dirigeants des partis de notre coalition »
NEXT “J’ai hâte de voir ça !”, Grégory Alldritt impatient d’aller au “clash” contre Toulon