rappel à l’ordre, retrait d’indemnisation, exclusion… Que prévoit la réglementation ? – .

rappel à l’ordre, retrait d’indemnisation, exclusion… Que prévoit la réglementation ? – .
rappel à l’ordre, retrait d’indemnisation, exclusion… Que prévoit la réglementation ? – .

l’essentiel
Le député LFI Sébastien Delogu a été exclu de l’Assemblée nationale pour 15 jours après avoir brandi un drapeau palestinien dans l’hémicycle, mardi 28 mai. Une décision qui s’inscrit dans le cadre de l’interdiction du port d’objets religieux ou distinctifs dans l’hémicycle. Explications.

Mardi soir, le député LFI Sébastien Delogu a été exclu de l’Assemblée nationale pour 15 jours et ses indemnités partiellement suspendues. L’élu des Bouches-du-Rhône a brandi un drapeau palestinien lors de la séance. “Il s’est rendu coupable de provocation contre l’Assemblée nationale”, a déclaré la présidente de l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet avant de prononcer la sanction.

Aucun signe religieux pendant les séances

Depuis 2018, un changement dans article 9 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale restreint le droit des élus de porter des symboles religieux pendant les sessions. Le bureau de l’Assemblée a finalement décidé d’élargir le texte en réglementant l’habillement. Une décision qui trouve son origine dans un incident survenu en 2017 : le député Insoumis François Ruffin est apparu dans l’hémicycle vêtu d’un maillot de football.

Le texte prévoit que lors des séances, « l’expression est exclusivement orale ». Cela signifie que « l’utilisation, notamment lors des questions au Gouvernement, à l’appui d’une déclaration, de graphiques, signes, documents, objets ou instruments divers est interdite ». En revanche, « la tenue vestimentaire adoptée par les députés dans l’hémicycle doit rester neutre et ressembler à une tenue de ville ». Ainsi, tout signe d’appartenance ethnique, religieuse ou encore sportive est interdit.

Sanctions prévues en cas de non-respect

Selon l’article 70 du Règlement de l’Assemblée nationale, le non-respect du règlement – ​​manifestations troublant l’ordre public, provocations ou menaces envers le président ou d’autres députés, outrages, insultes – par les membres de l’Assemblée peut être passible de sanctions disciplinaires. Les sanctions applicables sont décrites aux articles 71 à 73 et prévoient une série de sanctions. Premièrement, le président de l’Assemblée nationale peut procéder à un rappel à l’ordre. Si le rappel est ajouté à l’enregistrement au procès-verbal de la séance, le texte prévoit le retrait d’un quart de l’indemnité parlementaire pendant un mois.

Enfin, la sanction la plus élevée aboutit à la censure avec exclusion temporaire. […] et le retrait de 50% de l’indemnité parlementaire pendant deux mois. “Il est également interdit au député de participer aux travaux de l’Assemblée et de pénétrer dans le Palais Bourbon pendant quinze jours de séance.”, précise l’article 73. C’est ce qu’a reçu le député Insoumis Sébastien Delogu. .

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Il est censé reprendre l’entraînement jeudi »
NEXT Le génocide rwandais vu du point de vue d’un enfant